Des Esseintes et l’illusion de la mer

A Rebours est un roman écrit par Huysmans et publié en 1884, roman qui révolutionne le champ littéraire en tant qu’il s’inscrit dans la décadence. Il évoque l’histoire du personnage de des Esseintes, aristocrate malade qui prend la décision de se retirer du monde en s’enfermant dans sa maison à Fontenay-aux-Roses, afin de vivre loin du monde, loin de ses contemporains. Dans le deuxième chapitre, des Esseintes parle de sa salle à manger qui « ressemblait à la cabine d’un navire », laissant place à son imagination à la vue de l’aquarium : « il se procurait ainsi, en ne bougeant point, les sensations rapides, presque instantanées, d’un voyage long cours. » Il cherche alors à « acquérir la bienfaisante impression d’un bain de mer ; il suffirait, tout bonnement de se rendre au bain Vigier, situé, sur un bateau, en pleine Seine. » Il se rend alors à Paris pour chercher à reproduire l’illusion de la mer en se préparant un bain, par les sens et par l’imagination, passant du rêve à la réalité, avant de rentrer à Fontenay-aux-Roses. De là, il aboutit à une réflexion sur le génie de l’homme qui a su remplacer la nature par l’artifice.

C’est par l’imagination que des Esseintes parvient à se figurer la mer en se laissant transporter par ses sens, dans une synesthésie totale. Cela commence par l’odorat avec « l’odeur des marées et des ports » qui reste sur la pelote de ficelle ou le tout petit morceau de câble, puis la vue à travers « une exacte photographie », le toucher en se laissant « bercer par les vagues », et enfin l’ouïe avec « les plaintes du vent ». Seul le goût n’est pas mentionné, mais le lecteur ou la lectrice peut aisément s’imaginer des Esseintes boire la tasse, laissant un goût salé au personnage… Avec l’immersion totale dans sa baignoire, des Esseintes crée l’illusion de la mer. Ainsi, l’hallucination provoquée par les sens transforme le rêve en réalité – alors que ce n’est pas réel, mais c’est là le pouvoir de l’imagination de des Esseintes, le pouvoir de son esprit.

Grâce au jeu de l’illusion, des Esseintes fait de sa baignoire une mer par imitation, car l’artifice est la « marque distinctive du génie de l’homme » et que des Esseintes est lui-même un être génial, un être d’exception. De fait, il crée l’artifice de la mer certes dans une volonté de paraître loin de tout, mais c’est aussi une manière de dépasser la nature, ce qui n’est pas sans rappeler la formule de Descartes : « se rendre comme maître et possesseur de la nature ». L’horreur de des Esseintes pour la nature, à l’instar de Baudelaire, le pousse à rechercher l’artifice parce qu’il est un esthète en quête de beauté et qu’elle se trouve dans le factice, et si les inventions créées par les hommes dépassent la nature c’est parce que l’artifice est génial tandis que la nature n’a, quant à elle, rien d’exceptionnel.

Ainsi, cet extrait du deuxième chapitre illustre bien le dépassement de la réalité par le rêve et la nature par l’artifice tant convoité par le personnage de des Esseintes, menant une vie à rebours, sur une mer imaginaire.

Extrait :

Là, en faisant saler l’eau de sa baignoire et en y mêlant, suivant la formule du Codex, du sulfate de soude, de l’hydrochlorate de magnésie et de chaux ; en tirant d’une boîte soigneusement fermée par un pas de vis, une pelote de ficelle ou un tout petit morceau de câble qu’on est allé exprès chercher dans l’une de ces grandes corderies dont les vastes magasins et les sous-sols soufflent des odeurs de marée et de port ; en aspirant ces parfums que doit conserver encore cette ficelle ou ce bout de câble ; en consultant une exacte photographie du casino et en lisant ardemment le guide Joanne décrivant les beautés de la plage où l’on veut être ; en se laissant enfin bercer par les vagues que soulève, dans la baignoire, le remous des bateaux-mouches rasant le ponton des bains ; en écoutant enfin les plaintes du vent engouffré sous les arches et le bruit sourd des omnibus roulant, à deux pas, au-dessus de vous, sur le pont Royal, l’illusion de la mer est indéniable, impérieuse, sûre.

Odilon Redon, Nuages fleuris, pastel sur papier, 44,5 x 54,2 cm, Institut d’art de Chicago, 1903. (WikiArt)

Nous avons choisi cette illustration d’Odilon Redon car elle représente un imaginaire maritime tout à fait singulier : un bateau sur l’eau entouré de nuages particuliers, de nuages fleuris. Ainsi, les personnages présents sur le bateau sont comme embarqués dans un rêve, dans un monde imaginaire où les nuages ont l’apparence de fleurs rappelant la dimension onirique de notre extrait. Nous pouvons imaginer des Esseintes sur un bateau comme celui-ci au milieu de la mer, loin de tout, mais une mer qui reste imaginaire parce que le monde qui l’entoure semble irréel à cause de la forme toute particulière des nuages.

Le tout est de savoir s’y prendre, de savoir concentrer son esprit sur un seul point, de savoir s’abstraire suffisamment pour amener l’hallucination et pouvoir substituer le rêve de la réalité à la réalité même.

Cette huile sur toile d’Odilon Redon représente un personnage, yeux fermés, rêvassant et baignant dans l’eau. Des Esseintes est semblable à ce personnage : il se fait couler un bain et alors qu’il est plongé dedans nous pouvons nous le figurer fermant les yeux et se laisser aller à ses rêveries, s’imaginer être en pleine mer illusoire.

Au reste, l’artifice paraissait à des Esseintes la marque distinctive du génie de l’homme.

Comme il le disait, la nature a fait son temps ; elle a définitivement lassé, par la dégoûtante uniformité de ses paysages et de ses ciels, l’attentive patience des raffinés. Au fond, quelle planitude de spécialiste confinée dans sa partie, quelle petitesse de boutiquière tenant tel article à l’exclusion de tout autre, quel monotone magasin de prairies et d’arbres, quelle banale agence de montagnes et de mers !

Il n’est, d’ailleurs, aucune de ses inventions réputée si subtile ou si grandiose que le génie humain ne puisse créer ; aucune forêt de Fontainebleau, aucun clair de lune que des décors inondés de jets électriques ne produisent ; aucune cascade que l’hydraulique n’imite à s’y méprendre ; aucun roc que le carton-pâte ne s’assimile ; aucune fleur que de spécieux taffetas et de délicats papiers peints n’égalent !

Autre illustration d’Odilon Redon, cette fois-ci montrant un personnage seul sur un bateau en pleine mer, représentatif du personnage de des Esseintes : seul, au milieu de nulle part sur une mer inconnue, hors du monde, et « comme maître et possesseur de la nature ».

A n’en pas douter, cette sempiternelle radoteuse a maintenant usé la débonnaire admiration des vrais artistes, et le moment est venu où il s’agit de la remplacer, autant que faire se pourra, par l’artifice.

HUYSMANS Joris-Karl, A Rebours [1884], Chapitre II, Flammarion, « GF », 2004.

Mémoires de recherche LSCN (soutenus)

Le personnage de la sorcière dans l’imaginaire littéraire du XIXè s.

La littérature au carré. La création littéraire sur Instagram

L’écriture de la mort (Pascal, Hugo)

La pensée écologique dans L’Homme qui plantait des arbres de Giono et L’Arbre-monde de Powers

La réécriture des contes de fée dans les romans d’Amélie Nothomb et d’Eric Chevillard

Écriture et identité féminine: Folle (Arcan) et La Vie heureuse (Bouraoui)

Dark Souls au prisme de l’absurde camusien

De l’industrie culturelle dans l’Europe occidentale de l’après Seconde Guerre mondiale : les essais d’Adorno, Debord et Pasolini

Enjeux politiques dans Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo

Le renouveau de la critique littéraire sur les médias sociaux

Écriture numérique de soi et posture d’auteur dans le journal du site tierslivre.net

Rentrée 2022

La journée de rentrée du master LSCN est fixée au

mardi 6 septembre 2022

10h, salle 3B023: réunion plénière
13h30-17h, 3B111: entretiens individuels

Programme

  • enseignements, programmes, bibliographies, emplois du temps
  • stages, UE libres
  • bourses d’étude (sur critères de projet: offres distinctes des bourses sur critères sociaux)
  • sujets de recherche

Vous pouvez d’ores et déjà prendre connaissance des bibliographies de cours sur ce carnet, et commencer à lire cet été (enseignements 2022-2023). On vous recevra également en entretien individuel l’après-midi: préparez votre projet de recherche, même et surtout s’il n’est pas définitivement fixé ou si vous hésitez.

Nous présenterons l’UE “Projet numérique”, une expérimentation sur le semestre 1 avec un modèle pédagogique de “sprint”.

Nous parlerons des événements de recherche programmés pour l’année 2022-2023, tant au niveau de l’équipe de recherche FTD, du laboratoire LISAA et de l’I-Site FUTURE, ainsi que d’un nouveau programme de formation de l’université Gustave Eiffel, le Graduate Program DIGIS.

Enfin, une présentation de la “Mission égalité” est programmée.

Crédits image: intervention en lego de Jan Vormann, rue de Metz, Paris 19è arrondissement. Cliché Irène Langlet (CC: BY NC SA)

La nature dans Paris au 19e siècle : fiction et réalité

Année, semestre, nombre d’heures : M2, S4, 24h CM

UE: Séminaire de recherche, Littérature et savoirs XIXè s. (I)

Enseignante: Gisèle Séginger

Discipline(s) (CNU, domaine, etc) : Littérature française, Littératures comparées


Lectures

  • Sébastien Mercier, L’An 2440.
  • Jules Verne, Paris au 20e siècle (1860)
  • Maxime Du Camp, Paris, ses organes, ses fonctions, sa vie (extraits, 1869-1875)
  • Zola, La Curée (1872)
  • Zola, Paris (1897)
  • Robida, Le Vingtième siècle (1883)

Les étudiant·es assisteront, le vendredi 20 janvier 2023, à la journée d’étude du programme Urbanature (dir. G. séginger), organisée à la Bibliothèque Georges Perec : «Villes idéales, villes futures : la nature rêvée, abolie ou rebelle». (dir. Claire Barel-Moisan).

Crédits image: A. Robida, La Sortie de l’opéra en l’an 2000 (vers 1882), lithographie, Wikimédia Commons, URL: https://fr.wikipedia.org/wiki/Albert_Robida#/media/Fichier:Sortie_de_l’op%C3%A9ra_en_l’an_2000-2.jpg

Fictions climatiques

Année, semestre, nombre d’heures : M1, S2, 24h CM

UE: Séminaire de recherche, Littérature et savoirs XX-XXIè s. (I)

Enseignant : Irène LANGLET

Discipline(s) (CNU, domaine, etc) : Littérature française, Littératures comparées

Fictions climatiques : ce nom de genre désigne un vaste ensemble d’histoires impliquant une prise en compte, directe ou indirecte, de la crise climatique. Naguère simple décor, la crise est désormais un levier narratif, ou le thème principal de ces fictions. Cela peut aller de la fiction post-apocalyptique au roman-catastrophe, du thriller scientifique à la hard science fiction pure et dure.

Continuer la lecture de Fictions climatiques

Histoire littéraire (II)

Descriptif

Le cours d’histoire littéraire a pour but de donner les repères historiques principaux de la littérature française (et aussi, un peu, étrangère): situer les grandes œuvres dans le temps, mais aussi les grands mouvements des lettres, arts et sciences, et les grandes phases de l’histoire politique et sociale. La période prise en compte est celle dont la connaissance est requise dans les concours de l’enseignement: de 1500 à nos jours.

Les genres étudiés au 2ème semestre seront la poésie et l’essai, du 16e au 21e siècle. Enseignante: Irène Langlet

Œuvres (liste indicative, pour lire)

Essais

  • Michel de Montaigne, Essais (1580-1595)
  • Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, 1782
  • Denis Diderot, Salons (1759-1781), éd. Michel Delon, coll. “Folio”, Gallimard.
  • Mme de Staël, De la littérature, 1800; De l’Allemagne, 1813
  • Michelet, L’Insecte, 1857; La Sorcière, 1862
  • Paul Valéry, Variété, 1924
  • Roland Bartes, Mythologies, 1957; Sur Racine, 1963; Fragments d’un discours amoureux, 1977
  • Nathalie Sarraute, L’Ère du soupçon, 1956
  • Virginie Despentes, King Kong Théorie, 2006

Poésie

  • Louise Labé, Œuvres poétiques, Débat de Poésie et d’Amour, 1555
  • Théophile de Viau, Œuvres poétiques, 1627-1628
  • Saint Amant, Œuvres poétiques, 1628
  • André Chénier, Poésies (1791), coll. “Poésie”, Gallimard
  • Victor Hugo, Les Contemplations, 1856; La Légende des siècles, 1859 / 1877
  • Arthur Rimbaud, Illuminations, 1886 / 1895
  • Anna de Noailles, Le Cœur innombrable, 1901; Les Éblouissements, 1907
  • Blaise Cendrars, La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France, 1913
  • Philippe Jaccottet, L’Effraie, 1953; La Semaison, 1963; Paysage avec figures absentes, 1970. (Un volume dans la collection “Poésie / Gallimard”: Poésies 1946-1967
  • Yves Bonnefoy, Du mouvement et de l’immobilité de Douve, 1953; Hier régnant désert, 1958

Bibliographie de travail

Aron Paul, Saint-Jacques Denis, Viala Alain (dir), Dictionnaire du littéraire [2002], PUF, 2016 (dernière édition).

J. Cerquiglini-Toulet, F. Lestringant, G. Forestier, E. Bury, J-.Y. Tadié (dir.) La Littérature française. Dynamique & histoire, 2 vol., Paris, Gallimard, coll. «Folio essais », 2007.

Glaudes Pierre, Louette Jean-François, L’Essai [1999], édition revue et augmentée, Armand Colin, 2011.

Joubert J.-L., La Poésie, Armand Colin, 2015 (5è édition)

Marchal Hugues (dir.), La Poésie, anthologie, GF coll. “Corpus”, Flammarion, 2012.

Vaillant Alain, L’Histoire littéraire, Armand Colin, 2010.

Culture numérique

Initiation aux logiciels permettant de créer des frises chronologiques, parmi ceux qui sont recensés par le site Outils TICE de Fidel Navamuel (2020): https://outilstice.com/2020/06/outils-creer-frises-chronologiques/

La révolution de l’imprimé à l’ère du numérique

Année, semestre, nombre d’heures : M1, S2, 24h CM

UE: Séminaire de recherche, Littérature classique et moderne (I)

Enseignant : Romain MENINI

Discipline(s) (CNU, domaine, etc) : Histoire du livre, Littérature, Histoire

La révolution de l’imprimé à l’heure du numérique

À partir des années 1450, l’Europe connaît une révolution : l’invention de l’imprimerie à caractères mobiles ouvre une nouvelle ère (« Renaissance ») dans l’histoire de la culture européenne. Comment relire, étudier, comprendre ce bouleversement aujourd’hui, grâce à nos méthodes et à nos outils du XXIe siècle – à l’heure de ce que les historiens nomment la « troisième révolution du livre », celle du numérique ? Inversement, que peut donc nous apprendre sur notre temps (et sur nos pratiques de lecture sur écran) une redécouverte de la « galaxie Gutenberg » ?

Lectures

La Grande Aventure du livre. L’histoire du livre, de la tablette d’argile à la tablette, Paris, Hatier, 2013.

Roderick Cave et Sara Ayad, Une histoire mondiale du Livre. De la tablette d’argile au livre numérique, Paris, Armand Colin, 2015.

Roger Chartier et Henri-Jean Martin (dir.), Histoire de l’édition française, Paris, Promodis, 1983-1986, 4 vol.

Robert Darnton, Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard, 2011 ; rééd. « Folio », 2012.

Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L’Apparition du livre, nouvelle éd., Paris, Albin Michel, 1999.

Anthony Grafton, La Page. De l’Antiquité à l’ère numérique (histoire, usages, esthétiques), Paris, Hazan, 2012.

Henri-Jean Martin, La Naissance du livre moderne. Mise en page et mise en texte du livre français (XIVe –XVIIe siècles), Éditions du Cercle de la Librairie, 2000.

Culture numérique

Utilisation experte des catalogues de bibliothèque et des bibliographies en ligne (ISTC, USTC, GLN15-16, BP16, Lyon15-16, Bibale, Bases Possesseurs, etc.) ; corpus numérisés (Gallica, BSB, GoogleBooks, BVH, etc.) et initiation au traitement de données (images et texte, OCR, outils de fouille).

« Une balade sensible » sur le campus Descartes

(English text below)

[FR]

Une balade sensible s’attache aux sensations évoquées par l’environnement dans lequel on évolue. En suivant un protocole bien précis, les balades sensibles ont pour but de donner des informations sur la perception de l’environnement et d’aboutir à une réflexion autour des réceptions personnelles de chacun, à mettre en commun ou non. Cette technique est utilisée par les urbanistes pour différentes raisons : comprendre l’expérience des habitants d’un quartier, analyser la qualité de vie, faire la communication entre des habitants et des constructeurs. Cela permet de comprendre les attentes et les sentiments des habitants, et en faire un compte-rendu peut donner une indication d’améliorations à entreprendre pour les constructeurs. C’est pour ces raisons que la balade et sa restitution sont des démarches importantes à la recherche ; la mise en place d’un protocole bien strict permet de mieux cibler les réponses. 

A partir de cette optique, le projet PARVIS a organisé, le 25 mars 2022, une balade sensible à l’université Gustave Eiffel, sur le campus Descartes. L’objectif était de se promener sur une partie du campus en étant sensible à l’environnement qui nous entoure, et que nous connaissons bien, comme c’est notre lieu de travail.

Continuer la lecture de « Une balade sensible » sur le campus Descartes

A Rebours – Chapitre V : La danse de Salomé

Pablo Picasso, Salomé – La Suite de Saltimbanques, gravure sur papier Arches à la pointe sèche, 40 x 35 cm, Paris, 1905.
https://www.wikiart.org/en/pablo-picasso/salome-1905

La jeune Salomé dansant devant Hérode, nue, sa jambe gauche battant l’air, ses cheveux flottent. Derrière elle, la tête décapitée de Jean-Baptiste repose sur un plateau dans les bras d’une servante assise. Hérode et sa femme sont présents mais indifférents. Picasso donne une dimension plus contemporaine mais très intéressante à cette thématique, mettant Salomé parmi les Saltimbanques. Continuer la lecture de A Rebours – Chapitre V : La danse de Salomé

Les Parfums de Des Esseintes

                 Dans A rebours, roman écrit par Huysmans, et publié en 1884, Des Esseintes est un aristocrate qui s’enferme dans sa maison, à Fontenay-aux-Roses, pour fuir le monde qui l’entoure. Ce lieu sera une échappatoire dans lequel le personnage révélera son rapport au monde et à lui-même. Ce qu’il fera et décidera sera le reflet de ce qu’il pense du monde et de ce qu’il est. C’est comme cela que Huysmans conçoit le rapport entre son personnage, la réalité, et l’art. L’intérêt de Des Esseintes pour les parfums le montre bien. Dans le chapitre X, Des Esseintes, qui est malade, cherche à se soigner avec les parfums pour ne plus sentir les odeurs qui lui donnent la nausée. Il se met alors, tel un scientifique, à mélanger des essences rares qui le font rêver. Cet extrait montre ce qui fait le personnage, ainsi que ce qu’est le travail d’écriture du romancier. Continuer la lecture de Les Parfums de Des Esseintes

Joris-Karl Huysmans, À rebours, chapitre VIII (extrait) : LA COLLECTION DE FLEURS DE DES ESSEINTES


La recherche esthétique de Jean des Esseintes, personnage principal d’À rebours, ne perd pas de vue le végétal. Le raffinement de ses goûts artistiques s’accompagne, en effet, d’une affectation singulière pour la flore. Outre le fait que le héros esthète établit une sorte de hiérarchie en son sein, trouvant les fleurs exotiques bien supérieures aux celles « populacières », il rejette la véritable fleur en vertu de sa représentation artistique. Pour autant, las de sa collection de plantes des Tropiques ainsi conçue, il désire désormais « la combinaison d’une autre flore », c’est-à-dire, « des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses ».

Continuer la lecture de Joris-Karl Huysmans, À rebours, chapitre VIII (extrait) : LA COLLECTION DE FLEURS DE DES ESSEINTES

L’ESPRIT Décadent

Enseignante

J. Azoulai

Descriptif et objectifs du cours

À travers l’étude du roman de J.-K. Huysmans À Rebours (1884), il s’agit d’appréhender quelques grands aspects de l’esthétique décadente, elle-même indissociable d’une éthique, d’une politique et d’une métaphysique spécifiques. Littérature de la réaction, marchant à rebours, le roman de Huysmans trouve une pâture nouvelle dans l’insurrection contre les modèles établis : contre l’esthétique naturaliste, par la promotion de l’artifice et la déconstruction ironique du genre romanesque; contre l’esprit démocratique, par la revendication d’un isolement aristocratique du moi; contre le matérialisme moderne et la morale bourgeoise, par l’exploration des territoires psychiques de la névrose, du rêve et de la perversion. Histoire d’un dandy s’adonnant, à l’instar de Baudelaire, à un « culte des images », le roman À rebours nous permettra d’étudier le rapport étroit qu’entretiennent arts visuels et littérature dans l’esthétique fin-de-siècle. Continuer la lecture de L’ESPRIT Décadent

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search