Intelligence artificielle ou grands auteurs?

A l’occasion de l’après-midi “La littérature à l’ère du numérique”, organisée par les M2 LSCN, un petit jeu a débuté l’évènement: IA ou grands auteurs? Pour ceux n’ayant pas pu jouer le jour J ou souhaitant découvrir les résultats, voici le jeu et les résultats.

Continuer la lecture de Intelligence artificielle ou grands auteurs?

La littérature à l’ère du numérique: l’intelligence artificielle en littérature

Save the date! Mardi 2 avril, venez participer à l’après-midi “La littérature à l’ère du numérique”, organisé par les M2 LSCN.

Lors de cet évènement, il y aura un débat collectif sur l’utilisation de l’intelligence artificielle en littérature. Afin de familiariser notre public à cette thématique, nous avons préparé un corpus bibliographique traitant de ce sujet.

Articles scientifiques

LEBRUN Tom , « Pour une typologie des œuvres littéraires générées par intelligence artificielle », Balisages, le 24 février 2020. Disponible sur: https://publications-prairial.fr/balisages/index.php?id=304

Nous pouvons définir l’intelligence artificielle comme étant un outil technologique visant à reproduire une activité réservé aux humains. Les premiers textes écrits grâce à des algorithmes datent du milieu du XXe siècle. En effet, Christopher Strachey a notamment généré des poèmes d’amour en 1952, Love Letters, sur le premier ordinateur électronique Manchester Mark I. Les différentes méthodes utilisées pour produire ce genre de texte étaient la génération informatique de texte combinatoire et automatique au cours des années suivantes.

GERVAIS Suzanne, « Quand l’intelligence artificielle s’empare de la littérature », Études, pages 103 à 104, [En ligne], janvier 2023. Disponible sur : https://www.cairn.info/revue-etudes-2017-1-page-103.htm?contenu=article

L’écrivain français, Antoine Bello, a exploré le thème de l’intelligence artificielle dans son roman Ada paru en 2016 chez Gallimard. Son ouvrage narre la disparition de l’intelligence artificielle Ada, un logiciel informatique construit par une société entreprise, qui est chargée d’écrire un roman d’amour. Cependant, elle a d’autres aspirations littéraires comme celles de gagner un prix Pullitzer. L’intrigue policière autour de cette programmation informatique permet de nous questionner sur la qualité d’un texte produit par une machine.

Articles de presse

Association ATLAS, « Intelligence artificielle et traduction littéraire : exiger la transparence », Actualitté, [En ligne], le 23 mars 2023. Disponible sur : https://actualitte.com/article/110810/tribunes/intelligence-artificielle-et-traduction-litteraire-exiger-la-transparence

Les traducteurs littéraires s’inquiètent de l’usage de la traduction automatique dans leurs métiers. Ils redoutent une utilisation massive de cet outil par les professionnels du livre. Ainsi, des questions sur la qualité du texte commencent à surgir. L’intelligence artificielle ne peut saisir, selon eux, la richesse d’un texte avec tout ce que cela implique comme un humain peut le faire. Actuellement, il n’y a pas encore de législation française pour contrôler ces nouvelles pratiques technologiques au sein de l’édition.

CHAUMONT Paul-Marie, « «L’IA contre l’humain : qui gagnera la bataille de la création de récits ?», Le Figaro, [En ligne], le 26 avril 2023. Disponible sur : «L’IA contre l’humain : qui gagnera la bataille de la création de récits ?»

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître, la maîtrise de la narration et du récit en littérature ne sera plus attribuée à l’humain bientôt. En effet, l’intelligence artificielle est la nouvelle concurrente des auteurs et des autrices. Cela est un tout nouveau challenge artistique pour ces derniers. Néanmoins, ils possèdent quelque chose que les algorithmes produisant des histoires n’ont pas : l’authenticité et la sensibilité de l’expérience humaine.

NISHIMURA Karyn, « Utilisation de l’IA dans l’écriture d’un roman : des auteurs japonais soutiennent Rie Kudan, lauréate du prix Akutagawa », Libération, [En ligne], le 19 janvier 2024. Disponible sur : https://www.liberation.fr/culture/livres/utilisation-de-lia-dans-lecriture-dun-roman-des-auteurs-japonais-soutiennent-rie-kudan-laureate-du-prix-akutagawa-20240119_HFIXLOU2V5FSLJWXH7Z4K55S3Q/

Lors d’une conférence de presse, l’autrice Rie Kudan qui est lauréate du prestigieux prix Akutagawa, a révélé avoir utilisé 5 % d’intelligence artificielle générative pour son roman. Son roman, Tokyo-to dojo to, fait intervenir dans le récit la présence d’une IA, c’est pour cela qu’elle a voulu expérimenter cet outil. Selon elle, cela n’impacte pas sa créativité. Cependant, les questions de droits d’auteur et de propriété intellectuelle peuvent se poser. Rie Kudan a reçu du soutien de ses lecteurs et de certains de ses pairs auteurs qui ont compris sa démarche artistique. Enfin, elle n’écarte pas son utilisation dans ses prochains projets d’écriture.

Les M2 LSCN

Audrey, du projet tutoré à DIGIS

Etudiante studieuse et déterminée, travaillant à côté des cours, Audrey a pu profiter de deux programmes proposés au sein de la formation LSCN: le projet tutoré, initiant les étudiants au monde de l’entreprise et le Graduate Program DIGIS, permettant aux étudiants de s’immerger dans le monde de la recherche.

©Audrey Forlac
Continuer la lecture de Audrey, du projet tutoré à DIGIS

Camille Duhautbout, autrice-adaptatrice

Ancienne étudiante en master LSCN, où elle a pu être assistante bibliothécaire à la bibliothèque universitaire Georges Pérec et stagiaire au laboratoire LISAA, Camille a profité de ces années à l’université Gustave Eiffel pour investir le champ de la littérature et des humanités numériques. Maintenant autrice-adaptatrice, elle a travaillé auparavant comme cheffe de projet numérique ou encore assistance postproduction dans plusieurs entreprises, témoignant de son parcours atypique entre les lettres et le numérique

©Camille Duhautbout

    

Continuer la lecture de Camille Duhautbout, autrice-adaptatrice

Astuce n°5 : Comment organiser son ordinateur pour le master?

Attention! Ce billet écrit par les étudiants est à destination des étudiants. Ce sont des suggestions issues d’une expérience personnelle. Votre expérience sera peut-être différente et cette astuce peut ne pas vous convenir.

En master LSCN, l’ordinateur est notre outil de travail privilégié. Cependant, ce n’est pas intuitif de savoir bien organiser son bureau virtuel et de trier correctement ses dossiers. Pour éviter que votre bureau d’ordinateur ressemble à celui de votre chambre, désorganisé depuis 10 ans, voici quelques pistes.

Continuer la lecture de Astuce n°5 : Comment organiser son ordinateur pour le master?

Béatrice et DIGIS, retour d’expérience

  Etudiante italienne, Béatrice est arrivée dans le master Lettres Modernes en L3 pour un échange Erasmus. Elle a choisi de continuer en master dans l’université pour bénéficier du cadre privilégié des études à Gustave Eiffel. En commençant son master LSCN, elle découvre le graduate programme DIGIS et son programme de bourse et décide alors de se lancer. Voici son expérience au sein du programme DIGIS, où elle a décroché un stage dans le cadre de son master et du programme Cité des Dames

©Béatrice Mundo
Continuer la lecture de Béatrice et DIGIS, retour d’expérience

Gatsby le Magnifique (Baz Luhrmann, 2013), pastiche de J.-K. Huysmans

Des Esseintes semblait fasciné par ce film. En effet, Gatsby le Magnifique était un personnage de grande envergure. Il semblait à la fois réel et le fruit de son imagination onirique. Ce qui l’avait attiré avec éclat dans cette œuvre, fut sans aucun doute, la description de l’excès. Ce dernier lui rappelait son ancien mode de vie. Il était nostalgique d’une époque révolue.

L’alcool. Il était d’abord dans toutes les mœurs de ce New-York des années 20. La prohibition avait produit l’effet inverse, car il coulait à flots dans les bars clandestins et les fêtes grandioses. Aucune main n’était jamais vide, aucune soif ne s’étanchait, sans l’aide d’un verre. Des liqueurs défilaient entre les mains des hommes politiques, des rédacteurs, des célébrités, des danseurs et des gens de toutes conditions sociales confondues. C’était Gatsby qui écoulait le plus de breuvages illicites à Long Island. Car c’était lui qui organisait chaque week-end, de cet été-là, des fêtes grandioses. Le champagne pétillait dans des fontaines qui se confondaient avec la piscine de sa demeure. L’ivresse était valorisée et mis en avant par chaque apparition discrète de Gatsby. Il était la cause de cette ivresse et de ses soirées fabuleuses. Souvent, l’alcool se confondait même avec la drogue. L’ivresse semblait éprise de son ami Nick Carraway. Le faste et l’ivresse étaient les règles de conduite appropriées pour les invités de Gatsby, qui accourraient à ses fêtes sans invitations.

L’argent. Wall Street étaient remplis de personnes qui désiraient faire fortune. Nick Carraway était l’une d’entre elles. Il poursuivait ce rêve dans la forte chaleur de cet été-là, en vendant des obligations. À Long Island, il n’y avait qu’un lac qui séparait les nouveaux riches, des vieilles fortunes. Dans sa modeste maison, entouré du fastueux palais de Gatsby, il apercevait tout ce qui brillait. Il voyait l’ambition de Gatsby dans chaque reflet scintillant. Il ressentait sa fortune dans les carnavals et spectacles en tout genre, à chacune de ses soirées dansantes. Plus il y avait de l’argent, mieux c’était. Les nouveaux riches comme les vieilles fortunes ne pouvaient se contenter de leur argent. Il fallait toujours plus de billets, toujours plus de corruption et toujours plus de manière d’écouler cet argent.

image du film, soirée dansante chez Gatsby

image du film, danses et spectacles chez Gatsby

La musique. Des Esseintes était troublé par les nouvelles sonorités qu’il entendait. Elles arrivaient de partout, et pourtant, créait une mélodie harmonieuse. Le jazz était de sortie. Les saxophonistes et les chanteurs étaient conviés à honorer chaque festivité de la ville. Cette musique se trouvait dans les rues, les fêtes d’appartements, puis dans chacune des sonorités que l’on entendaient dans les restaurants. Un air de charleston n’avait de secret pour aucun habitant de New-York. Sur des rythmes endiablés, que l’on soit debout et en voiture à ciel ouvert, un cigare ou une cigarette à la main, il fallait danser. Danser à chaque fois que l’occasion se présentait était inévitable. Il voyait le personnage de Nick être entraîné par le mari de sa cousine à s’enivrer et à se jeter dans les bras des femmes et dans l’ivresse de la danse.

Le destin fantaisiste de Gatsby. Des Esseintes était captivé par le destin de ce dernier. Personne ne savait qui il était réellement. Ce jeune homme fringuant, fortuné, ambitieux, avait manifestement tout pour lui. Aucun recoin de New-York n’avait de secret pour lui. Il était important. Il était seul au monde. Son obsession pour l’amour d’une femme l’avait mené dans un gouffre sans fond. Car il ne pouvait être Gatsby, sans Daisy. Il ne pouvait survivre à cet amour. Des Esseintes n’arrivait pas à le comprendre. Il savait qu’avec une telle demeure et une telle bibliothèque, sans la société qui la remplissait, il se serait contenté de cette vie dans ce château. Gatsby avait tout sacrifié, il avait bâti une fortune inimaginable, bien que corrompu à certains moments. Il avait tout sacrifié pour une obsession. La seule et l’unique. Daisy.

image du film, Gatsby et Daisy qui se revoient pour la première fois

L’amour. Le film montrait une image de l’amour ternie par l’adultère, les mensonges, le passage du temps, qui plaisait à Des Esseintes. Le seul amour pur qui était présent dans ce film était celui de Gatsby. Le parfum de cet été était l’amour adultérin qui secouait chaque porte et secret de Manhattan. Les faux-semblants étaient remarquablement bien orchestrés.

L’excès. Des Esseintes avait été particulièrement touché par le personnage qui incarnait un joueur sportif professionnel. Cette relation de Gatsby portait avec fierté une cravate rouge. Elle était ornée d’un molaire sertie de bijoux. Il lui rappelait avec nostalgie sa propre tortue qu’il avait décoré de joaillerie en tout genres.

Des Esseintes ne se lassait pas de regarder ce film. Il n’y avait pas que l’alcool et les cigarettes qui étaient à foison. Il y avait aussi la présence de fleurs. Daisy était la fleur la plus remarquable. Son prénom était un direct rappel de qui elle était. Douce comme les pétales des pâquerettes, mais épineuse et indécise comme les épines de chaque fleur. Chacune des fleurs dans le film resplendissait de couleurs et d’audace et voulait remporter le prix de l’attention.

Désormais, le souvenir impérissable de cette œuvre cinématographique demeura dans les rêves et dans les souvenirs de Des Esseintes. Comme si, lui, était Gatsby.

Entre la cruauté des faits et la beauté de la scène (pastiche de Huysmans)

Après L’ Ange déchu, La Naissance de Vénus, l’Echo et plusieurs d’autres œuvres d’Alexandre Cabanel, Des Esseintes se retrouve à Anvers pour contempler de près la représentation de Cléopâtre, du même artiste, au musée  Koninklijk Museum voor Schone Kunsten. Ces divers déplacements sont pour lui une source d’enrichissement et un voyage spirituel vers la quête de la beauté et de la créativité. Il garde un goût pour le contact visuel direct avec les œuvres d’art. Selon lui, un artiste ou un vrai esthète ne peut pas se contenter des photographies et des écrits qu’il juge incomplets et qui ôtent à toute œuvre son aura. Dans les salles grandioses des musées et des galeries, il fuit les travaux mécaniques inertes et répétitifs que les autres inscrivent violemment dans l’art.

Des Esseintes se trouve face à une grande époque antique, transmise d’une manière très réaliste sur cette toile à l’huile de grandes dimensions, composée de deux plans. Le premier met en valeur la reine égyptienne qui occupe environ la moitié de la surface. Le deuxième les serviteurs et les deux esclaves. Des Esseintes reste admiratif de l’aspect lisse et net des corps représentés, mis en avant grâce à la lumière qui se répartit sur tout le tableau. Cette lumière tapante suggère les rayons de soleil qui se reflètent dans la majestueuse et authentique cour du palais ainsi que les tons chauds des tissus et des bijoux. A travers le décor solennel du palais, inspiré des temples de la civilisation de l’Egypte antique, le pinceau de Cabanel fait ressortir l’esthétique et l’architecture de cette époque lointaine. Le regard de Des Esseintes s’arrête sur les  temples des deux divinités Isis et Horus.  De majestueux piliers portent des symboles des pharaons et de l’écriture hiéroglyphique aux couleurs éclatantes. Des plantes vertes apparaissent derrière la reine et s’inclinent pour amener une touche d’ombre et orienter l’oeil vers la présence de la plus puissante figure du tableau.

Alexandre Cabanel (1823-1889), Cléopâtre essayant des poisons sur des condamnés à mort , 1887, source: Wikipédia.org
hauteur : 162,6 cm  ; largeur : 287,6 cm 

 N’étant pas satisfaite du premier résultat, la Cléopâtre de Cabanel se tient flegmatique, le regard direct et insensible fixe sa deuxième victime souffrante. Affalée sur un divan couvert de tapis et de peau de tigre, elle suit calmement le résultat de sa deuxième expérience. Le mythe raconte qu’elle s’est servi des condamnés à mort pour tester ses poisons dans le but d’en trouver un qui soit indolore. Elle compte l’utiliser pour se suicider en cas de défaite de l’Alexandrie face à l’armée romaine d’Octave et échapper à cette fatalité.

Bien que la scène paraisse cruelle et horrible, le tableau, dans les yeux de Des Esseintes est loin de l’être. Il jette un regard sur les deux corps à moitié dénudés à gauche. Un des deux était déjà mort, c’était la victime de la première fiole. Son corps bien développé et musclé devient une masse lourde et manipulable emportée par deux esclaves. L’un, fléchi sur les genoux, parait avoir du mal à le soulever ; l’autre est plus stable, mais avait le visage pétrifié. La scène à laquelle il assiste avec ses grands yeux noirs lui fait oublier ce qui est entre ses bras. C’est l’agonie du deuxième condamné. Ce dernier, paralysé par terre, semble avoir été forcé à boire le poison et subit ainsi les douleurs de cette étrange substance mortelle. Ses veines verdâtres saillent et ses yeux levés suggèrent la terrible souffrance qui se propage lentement dans son corps. Il serre fortement son ventre avec ses mains musclées qui s’affaiblissent petit à petit ainsi que sa voix tremblante. Il ne perd pas des yeux la servante de la reine qui l’a empoisonné. Quant à elle, avec un air curieux et penchée sur lui, elle observe de près la réaction de son corps affaibli et crispé de douleur. Dans cette atmosphère morbide et étouffante en pleine lumière, la reine semble toujours insatisfaite. Avec sa posture indifférente et son attitude froide qui occupent le premier plan du tableau, elle semble inconsciente de l’atrocité de son acte. Le supplice infligé à ces êtres ces faibles semble la nourrir de plus de plaisir et de pouvoir.

Coiffée d’un seshed décoré avec une couronne Néret, toute brillante et précieuse, elle rappelle son lien avec les dieux aux pouvoirs absolus sur terre. Elle est vêtue d’une robe qui laisse apparaitre son buste potelé. Sa poitrine, complètement dénudée, offre une visibilité sensuelle et plus proche au regard de Des Esseintes. Il jouit de la vraisemblance de cette représentation de ces courbes qui font le tour de son cœur. Ces rondeurs et la couleur pure de la chair lui font sentir une sorte de douceur et de jouissance qui stimulent son envie.

Comme un rappel à l’art antique de cette époque d’or qui a tendance à représenter les êtres et les créatures mystiques de profil et non de face, cette Cléopâtre nous dévoile un coté de son visage qui était d’une beauté divine, pas très expressif, et d’un air confiant et hautain.

En plus de la dimension féminine suggérée par la nudité des corps et principalement de la reine Cléopâtre, les deux fleurs de lotus et de papyrus de couleurs pastel qu’elle tient dans sa main posée sur le divan viennent casser son ordre impitoyable et macabre avec une touche de sensibilité et de fragilité féminines. Ses précieux bijoux étincelants couvrants son corps de la tête au pieds montrent bien son statut royal suprême. La touche d’un bleu éclatant et calme au milieu de ces tons chauds offre à cette femme étendue avec confiance la suggestion de son appartenance à la dynastie. Un long voile noir transparent glisse et souffle une sorte de jeu érotique dans l’inconscient et l’imaginaire de l’observateur.  Tout ce qui passe sur ce corps profane séducteur le rapproche paradoxalement d’un caractère sacré et d’une dimension sensuelle exceptionnelle et insaisissable. Un léopard imposant comme elle est à ses pieds, une servante qui l’évente nonchalamment et tournant le dos au peintre montre son dos dénudé. En jouant avec les perles de son collier dépourvu de brillance, entre ses doigts, aussi apathique que sa maitresse, elle regarde le destin obscur des deux condamnés.

La vision traditionnelle de Cléopâtre (J.W. Waterhouse, 1888). David Flam / FlickrCC BY

Des Esseintes voit dans ce tableau plusieurs autres créations artistiques et littéraires qui étudient et tracent la même figure mythique. Inspirante par sa beauté destructrice, son intelligence et son pouvoir souverain mais accusée de monstruosité, Cléopâtre reste, selon Des Esseintes, une figure emblématique originale, enveloppée malgré tout de mystères et d’ambiguïtés jusqu’à ces temps modernes. Elle porte une valeur dans l’histoire des deux civilisations orientale et occidentale. Cette création d’Alexandre Cabanel, qu’il a intitulée Cléopâtre essayant des poisons sur des condamnés à mort, a donné vie à ce mythe dans l’imaginaire et la vision spirituelle de Des Esseintes.

Astuce N°4: Écouter de la musique

Attention! Ce billet écrit par les étudiants est à destination des étudiants. Ce sont des suggestions issues d’une expérience personnelle. Votre expérience sera peut-être différente et cette astuce peut ne pas vous convenir.

Pour ceux qui aiment travailler en musique, afin de maintenir leur concentration, de se motiver ou de stimuler leur créativité, voici quelques playlists que j’écoute pour vous accompagner.

Continuer la lecture de Astuce N°4: Écouter de la musique

Astuce n°3: Faire une fiche de lecture

Attention! Ce billet écrit par les étudiants est à destination des étudiants. Ce sont des suggestions issues d’une expérience personnelle. Votre expérience sera peut-être différente et cette astuce peut ne pas vous convenir.

Le master LSCN conduit à lire énormément de livres. Si les lire est en règle générale un bon moment, les ficher se révèle beaucoup moins plaisant. D’ailleurs, comment ficher un livre ou un article? Si chaque étudiant à sa méthode, voici trois vidéos et trois méthodes qui vous seront utiles.

Continuer la lecture de Astuce n°3: Faire une fiche de lecture

Astuce n°2: bien organiser son temps

Attention! Ce billet écrit par les étudiants est à destination des étudiants. Ce sont des suggestions issues d’une expérience personnelle. Votre expérience sera peut-être différente et cette astuce peut ne pas vous convenir.

Le plus grand ennemi de l’étudiant, c’est le temps. Que ce soit le perfectionniste ou le procrastinateur, l’étudiant n’a jamais assez de temps pour rendre ses devoirs, faire ses dissertations ou finaliser son mémoire. Voici quelques conseils pour gérer son temps efficacement:

© Stocklib / Dima Zahar
Continuer la lecture de Astuce n°2: bien organiser son temps
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search