Syphilis et décadence dans l’œuvre de Huysmans

          L’œuvre de Huysmans nous fait suivre le déviant quotidien de Jean Floressas Des Esseintes, un aristocrate vivant à rebours de la société. Publié en 1884, le roman tangue entre des préceptes naturalistes et un style symbolique. En effet, l’auteur souhaite se détacher des enseignements de son maître Zola, pour cela il instrumentalise la science : elle devient une parure permettant à l’homme de transformer la nature.

            Ce passage suit « la mise en place du jardin botanique » du narrateur. En pleine contemplation de son travail, Des Esseintes médite sur la société et fait une analogie entre la syphilis et la décadence. Cette maladie vénérienne, transformant le corps, se développe et affole l’esprit de la société du XIXe siècle. Elle est considérée comme un fléau social provoquant la dégénérescence de l’humanité. La syphilis symbolise la décadence à cause de sa transmission et de ses symptômes : elle se propage dans le corps, le transformant et le déformant jusqu’à la mort du contaminé. La décadence est donc perçue comme une carie rongeant la société.

            Des Esseintes songe au retour de la décadence : elle marque la fin d’un âge d’or. Pour souligner cette réflexion, Huysmans utilise un procédé naturaliste, celui de l’hérédité. Il remonte aux « anciens âges » pour affirmer l’aspect inévitable de la décadence, car elle se transmet à l’enfant. Le protagoniste se place comme un dandy décadent non pas par son observation de la société mais par son attirance pour le morbide.

«           L’air de la pièce se raréfiait ; bientôt, dans l’obscurité d’une encoignure, près du parquet, une lumière rampa, blanche et douce.

               Il l’atteignit et s’aperçut que c’étaient des Rhizomorphes qui jetaient en respirant ces lueurs de veilleuses. 

3 – John William Harshberger, “Insectes infectés par le cordycept”, Un manuel de mycologie et de pathologie végétale, 1910. (Wikimedia commons)

               Ces plantes sont tout de même stupéfiantes, se dit-il ; puis il se recula et en couvrit d’un coup d’œil l’amas : son but était atteint ; aucune ne semblait réelle ; l’étoffe, le papier, la porcelaine, le métal, paraissaient avoir été prêtés par l’homme à la nature pour lui permettre de créer ses monstres. Quand elle n’avait pu imiter l’œuvre humaine, elle avait été réduite à recopier les membranes intérieures des animaux, à emprunter les vivaces teintes de leurs chairs en pourriture, les magnifiques hideurs de leurs gangrènes.

               Tout n’est que syphilis, songea des Esseintes, l’œil attiré, rivé sur les horribles tigrures des Caladium que caressait un rayon de jour. Et il eut la brusque vision d’une humanité sans cesse travaillée par le virus des anciens âges. Depuis le commencement du monde, de pères en fils, toutes les créatures se transmettaient l’inusable héritage, l’éternelle maladie qui a ravagé les ancêtres de l’homme, qui a creusé jusqu’aux os maintenant exhumés des vieux fossiles !

4 – Thomas Couture, Les Romains de la décadence, 1847.
(Wikimedia commons)
5 – Auguste M. Barthélemy, “L’amour à deux visages”, Syphilis, poème en quatre chants, 1851. (Université de Paris)

               Elle avait couru, sans jamais s’épuiser à travers les siècles ; aujourd’hui encore, elle sévissait, se dérobant en de sournoises souffrances, se dissimulant sous les symptômes des migraines et des bronchites, des vapeurs et des gouttes ; de temps à autre, elle grimpait à la surface, s’attaquant de préférence aux gens mal soignés, mal nourris, éclatant en pièces d’or, mettant, par ironie, une parure de sequins d’almée sur le front des pauvres diables, leur gravant, pour comble de misère, sur l’épiderme, l’image de l’argent et du bien-être !

6 – Odilon Redon, Cul-de-lampe, 1890. (Wikimedia Commons)

               Et la voilà qui reparaissait, en sa splendeur première, sur les feuillages colorés des plantes !

– Il est vrai, poursuivit des Esseintes, revenant au point de départ de son raisonnement, il est vrai que la plupart du temps la nature est, à elle seule, incapable de procréer des espèces aussi malsaines et aussi perverses ; elle fournit la matière première, le germe et le sol, la matrice nourricière et les éléments de la plante que l’homme élève, modèle, peint, sculpte ensuite à sa guise.

               Si entêtée, si confuse, si bornée qu’elle soit, elle s’est enfin soumise, et son maître est parvenu à changer par des réactions chimiques les substances de la terre, à user de combinaisons longuement mûries, de croisements lentement apprêtés, à se servir de savantes boutures, de méthodiques greffes, et il lui fait maintenant pousser des fleurs de couleurs différentes sur la même branche, invente pour elle de nouveaux tons, modifie, à son gré, la forme séculaire de ses plantes, débrutit les blocs, termine les ébauches, les marque de son étampe, leur imprime son cachet d’art.

Il n’y a pas à dire, fit-il, résumant ses réflexions ; l’homme, peut en quelques années amener une sélection que la paresseuse nature ne peut jamais produire qu’après des siècles ; décidément, par le temps qui court, les horticulteurs sont les seuls et les vrais artistes. »

9 – J. Guiguet, Nouvelle serre du Jardin des Plantes à Paris, 1837. (Jardin des plantes de Paris)

HUYSMANS Joris-Karl, A Rebours, Gallimard, Folio classique, Paris, Chapitre VIII, p. 175-176, [1977], 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.