Quelques anciens étudiants

Clémence Turlotte

© Clemence Turlotte

            Après une licence de lettres modernes option Communication et Médias, j’étais à la recherche d’un Master qui proposait également des enseignements transversaux. Même si passionnée de littérature, je voulais la mettre en lien avec d’autres domaines. L’appellation « culture numérique » avait suscité mon intérêt.

            En 2015, j’intègre donc la première promotion du Master Littérature, Savoirs et Culture numérique. Je découvre un petit groupe d’élèves, avec des projets différents, ce qui crée une belle effervescence. Je découvre des professeurs dévoués à leur travail et surtout Madame Tahar, alors doctorante, pleinement engagée à nous soutenir durant ces deux années de master. Celle-ci est également en charge de la matière de « Littérature numérique » et nous fait découvrir un monde que nous ne connaissions que de loin. Loin de sonner le glas de la littérature, le numérique la modernise et de nouvelles formes de créent, se renouvellent et se transforment.

            Ce master étant également un master de recherche je décide de consacrer mon mémoire aux images dans l’autobiographie et je prend un grand plaisir à travailler dessus. “Les images dans l’autobiographie”: comment l’image s’inscrit dans le texte autobiographique,  quelles sont ses fonctions par rapport à l’élément textuel. Qu’apporte l’image à la fois à l’autobiographe et à son lecteur? Est-elle, pour l’auteur, une façon de se redécouvrir et d’appréhender différemment son existence? Mon corpus se concentrait sur Roland Barthes, Annie Ernaux et Raymond Depardon. Néanmoins, ce travail m’apprend que le monde de la recherche n’est pas ce qui me correspond. En deuxième année, je travaille au sein du Laboratoire Numérique, en stage, et cet aspect professionnalisant me plaît davantage.

            A la sortie de ce master, je reste un moment à enchaîner plusieurs petits contrats, notamment en donnant des cours de français à des particuliers. Ayant également une casquette de musicienne, je travaille aujourd’hui au sein d’une école de musique, au sein de laquelle, en plus des cours particuliers de piano, j’anime des ateliers sur la relation entre écriture et musique. Un vrai bonheur ! Je travaille également en tant qu’auteure pour le Petit Futé, pour continuer d’exercer ma plume ! 

            Je n’ai donc aujourd’hui pas d’emploi en lien direct avec la littérature, mais ces différents contrats me permettent, à l’image du master, de l’imaginer sous d’autres formes. Je souhaite aux prochaines promotions de beaux apprentissages et de belles rencontres !

***

Laura Borie

©Laura Borie

            Après l’obtention d’une licence de Lettres Modernes, j’ai souhaité découvrir le monde de la recherche en intégrant le master Littérature, Savoirs et Culture numérique à l’UGE. Ces deux années de master ont été très enrichissantes et ont fait naître en moi une passion pour la recherche littéraire. J’ai rédigé un mémoire sur « Les figures féminines de Cybèle, Cérès et Proserpine dans La Franciade de Ronsard et Le Ravissement de Proserpine de Catherine des Roches », dirigé par Caroline Trotot. Grâce à ma motivation et à l’implication des professeurs dans mon travail, j’ai eu le grand plaisir d’obtenir la note de 17/20. Durant ces deux années, j’ai eu l’opportunité de faire un stage de six mois dans les laboratoires de recherche LISAA et LIGM, afin de participer au projet de recherche « Visibilité et invisibilité des savoirs des femmes ». C’était un bonheur de pouvoir travailler avec les enseignants-chercheurs et de m’investir davantage dans les travaux de recherche !

            Par la suite, j’ai désiré me spécialiser dans la communication afin de me professionnaliser. J’ai été admise en master 2 Communication des entreprises et médias sociaux à l’UGE, proposé en alternance. J’ai rédigé un mémoire d’enquête concernant « Les discours sur le numérique responsable dans la communication institutionnelle ». J’ai obtenu la note de 16/20 grâce à mon implication pour la rédaction d’un mémoire et mon intérêt personnel pour les enjeux environnementaux, ce qui m’a permis de m’ouvrir à de nouvelles opportunités. En effet, j’ai eu la chance de travailler pendant un an, en tant qu’apprentie chargée de communication web et réseaux sociaux, au ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, à Paris. Grâce à mon master de recherche (LSCN), je me suis démarquée des autres candidats pour intégrer ce ministère en prouvant ma réelle implication dans le domaine de la recherche, à travers mes études et les travaux que j’ai fournis, tout en valorisant mes compétences rédactionnelles et ma rigueur dans le travail.

            Aujourd’hui, je souhaite me rapprocher de l’enseignement universitaire et de la recherche, ce monde à part entière qui me fascine. J’ai comme ambition de passer le concours de l’agrégation, puis de faire un doctorat. Cependant, je ne délaisse pas le domaine de la communication qui reste une option intéressante pour moi si mes projets prennent une nouvelle tournure. Finalement, mon principal projet est de faire ce qui me plaît, en sachant que tout est possible !

            Je remercie à nouveau les professeurs et toute l’équipe pédagogique pour leur bienveillance, la solidité de leurs savoirs et leur implication pour la réussite des élèves !

***

Aurélien Aemmer

Au terme de quatre premières années post-bac ponctuées d’hésitations et de réorientations, j’ai achevé ma licence en lettres modernes à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée, aujourd’hui Gustave Eiffel. Ayant particulièrement apprécié le cadre d’enseignement et le déroulement de ma dernière année, j’ai décidé de postuler au master adossé à cette dernière : Littérature Savoirs et Culture Numérique.

Au cours des deux années de ce master, j’ai acquis de nombreuses compétences, à la fois universitaires, techniques et personnelles. Sous la direction d’Irène Langlet, j’ai rédigé un mémoire à la croisée de la littérature et des études vidéoludiques dont l’intitulé est : Dark Souls au prisme de l’absurde camusien.

Malgré les nombreuses difficultés que m’ont posé cette rédaction, ce travail n’a m’a pas lassé du milieu universitaire puisque j’en rédige un nouveau sur le jeu vidéo et le spectre du genre, dans le cadre de mon second master à l’Université de Lorraine en Audiovisuel, Médias Interactifs Numériques et Jeux (AMINJ).

En ce qui concerne mon avenir, j’envisage de plus en plus sérieusement une poursuite en thèse. Il ne s’agit pour le moment que d’un projet que j’essaye de construire pour la fin de mon master actuel. Ce n’est pas un choix anodin, se diriger vers une thèse implique de se renseigner et d’étudier soigneusement. En effet, au-delà de la difficulté inhérente au niveau doctoral, une thèse implique aussi la question de son financement qui est assez complexe. C’est donc un travail préparatoire de longue haleine et une décision à peser soigneusement. J’invite les étudiantes et étudiants que cela intéresse à se renseigner le plus tôt possible auprès de leurs enseignant·e·s, notamment celleux en doctorat ou post-doctorat qui sont ou ont récemment été directement concerné·e·s (un renseignement n’a pas valeur d’engagement !).

Aujourd’hui, les compétences que j’ai développées au cours de mon master LSCN me servent régulièrement, qu’il s’agisse de celles institutionnelles et méthodologiques pour la préparation de mon mémoire, ou bien littéraires en général pour toute sorte de tâches me démarquant positivement de mes camarades issu·e·s du milieu de l’info-com.

Je remercie une fois de plus toute l’équipe pédagogique du master LSCN pour l’accompagnement dont j’ai bénéficié pendant deux ans. Je souhaite le meilleur à cette formation et à ses étudiant·e·s !

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search