Droit et littérature (littérature & numérique)

La littérature à l’heure du numérique (II): Droit et littérature

S3, 24 heures (8x3h)

Enseignant·e (s) : Charles Coustille

Descriptif : Les rapports entre les deux domaines seront envisagés de différentes manières : nous traiterons du droit dans la littérature, c’est-à-dire de la manière dont les écrivains décrivent les procès et les problèmes juridiques (de Victor Hugo à William Gaddis en passant bien sûr par Franz Kafka) ; du droit de la littérature, notamment des questions de droit d’auteur, de responsabilité des écrivains ou de liberté d’expression ; et du droit comme littérature, en considérant les textes juridiques avec les outils de la critique littéraire. Nous serons particulièrement sensibles aux grands changements impliqués par la circulation numérique des œuvres littéraires, aux renouvellements créatifs qu’elle implique comme aux hésitations et adaptations du droit à son égard. Si notre regard portera en premier lieu sur la France, nous observerons aussi les rapports entre droit et littérature dans d’autres pays, particulièrement aux États-Unis.

Biblio (programme et/ou lectures critiques) :

Nous étudierons notamment les fictions suivantes (œuvres intégrales ou extraits à déterminer) :

  • Fred Vargas, Sous les vents de Neptune, Viviane Hamy, 2007
  • Jorge-Luis Borges, « Pierre Ménard, auteur du Quichotte », dans Fictions, trad. Roger Caillois, Gallimard, coll. « Folio classique », 2018
  • Annie Ernaux, L’Évènement, Gallimard, 2000
  • Victor Hugo, Le Dernier jour d’un condamné, Gallimard, coll. « Folio classique », 2017
  • Franz Kafka, Le Procès, trad. Alexandre Vialatte, Gallimard, coll. « Folio classique », 1987
  • William Gaddis, Le Dernier acte, trad. Marc Chodolenko, Plon, 2013

Un polycopié de littérature critique sera distribué, avec des extraits de :

  • Anna Arzoumanov, Arnaud Latil, Judith Sarfati Lanter (dir.), Le démon de la catégorie. Retour sur la qualification en droit et en littérature, Mare & Martin, 2017.
  • Christine Baron, « Droit et littérature : de la prise de conscience citoyenne à la révision de la loi », COnTEXTES n°22, 2019
  • Delage (Pierre-Jérôme) (coord.), Science-fiction et science juridique, IRJS Éditions, coll. Les voies du droit, 2013
  • Stanley Fish, What Comes Naturally: Change, Rhetoric, and the Practice of Theory in Literary and Legal Studies, Duke U Press, 1989
  • Kenneth Goldsmith, L’écriture sans écriture. Du langage à l’âge numérique, Jean Boîte, 2018
  • Hélène Maurel-Indart, Du Plagiat, PUF, 2011
  • Charles Nodier, Question de littérature légale, Droz, Paris, 2003
  • Martha Nussbaum, Poetic Justice, Beacon Press, 1997
  • François Ost, « Droit et littérature : variété d’un champ, fécondité d’une approche ». Revue juridique Thémis 49, 2015
  • Emmanuel Pierrat et Sylvain Goudemare, L’édition en procès, Paris, Éditions Léo Scheer, 2003
  • Emmanuel Pierrat, L’Auteur, ses droits et ses devoirs, Paris, Gallimard, coll. « Folio essais », 2020
  • Richard Posner, Droit et littérature, PUF, 2015
  • Denis Ramond et Cédric Passard, De quoi se moque-t-on ? Satire et liberté d’expression, CNRS édition, 2021
  • Mark Rose, Authors and Owners. The Invention of Copyright, San Val, 1995
  • Gisèle Sapiro, La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècle), Seuil, 2011
  • Michel Schneider, Voleurs de mots, Gallimard, coll. « Tel », 1985
  • James Boyd White, The Legal Imagination, U Chicago Press, 1985

Modalités d’évaluation

Un ou deux exposés et un essai universitaire sur un des thèmes abordés au cours du semestre (15 000 signes environ, le sujet est à discuter au préalable avec l’enseignant).

Coordination pédagogique / maquette

Type de cours (panorama général, méthodologie, recherche fondamentale ou appliquée, expérimentation, atelier, projet collaboratif, etc.) : Le cours consiste en un panorama le plus général possible des problèmes reliant le droit et la littérature. Certaines expérimentations autour du copier-coller et de l’appropriation des contenus disponibles sur internet mèneront à réfléchir aux changements en cours dans le domaine de la propriété intellectuelle.

Modalités d’enseignement à distance (le cas échéant) : Les cours se tiendraient sur Zoom.

Adossement aux programmes de recherche (LISAA, I-SITE)

(Intitulés, événements qui pourront prendre place dans les séminaires, stages éventuels offerts aux étudiant·e·s, etc.)

  • Plusieurs invitations de chercheurs en droit, science politique et littérature sont prévues.
  • Possibilité de relier notre travail autour des avancées du droit des femmes par la littérature au programme Cité des dames.
  • Possibilité de réfléchir au droit de la ville future dans le cadre du programme PARVIS de l’I-Site FUTURE consacré aux imaginaires urbains futuristes.

(Manifestations spécifiques à déterminer)

Culture numérique

(Connaissance théorique, compétence pratique, logiciel, type d’activité…)

  • Connaissance théorique du droit d’auteur à l’ère numérique, pour les textes littéraires et universitaires (licence libre vs copyright).
  • Mise en œuvre pratique des connaissances juridiques acquises dans le cadre du mémoire de recherche.
  • Exercices d’écriture non créative dans l’esprit de ceux pratiqués par Kenneth Goldsmith.

Image: Détail de Armand-Gaston Camus, Lettres sur la profession d’avocat et sur les études nécessaires pour se rendre capable de l’exercer, 1772 (Wikimedia commons)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.