Joris-Karl Huysmans, À rebours, chapitre VIII (extrait) : LA COLLECTION DE FLEURS DE DES ESSEINTES


La recherche esthétique de Jean des Esseintes, personnage principal d’À rebours, ne perd pas de vue le végétal. Le raffinement de ses goûts artistiques s’accompagne, en effet, d’une affectation singulière pour la flore. Outre le fait que le héros esthète établit une sorte de hiérarchie en son sein, trouvant les fleurs exotiques bien supérieures aux celles « populacières », il rejette la véritable fleur en vertu de sa représentation artistique. Pour autant, las de sa collection de plantes des Tropiques ainsi conçue, il désire désormais « la combinaison d’une autre flore », c’est-à-dire, « des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses ».

Cette nouvelle collection rassemblera des floraisons de plus en plus extravagantes, censées satisfaire non seulement son penchant pour l’artifice mais également sa fascination perverse pour le morbide. Les fleurs lui fournies par les jardiniers se veulent excentriques par des associations anthropomorphiques et connotations sexuelles que suggèrent leurs formes. C’est ainsi que sont présentées dans l’extrait de différentes espèces de Caladium, plante tropique à feuillage vivement coloré, uni ou parsemé de tâches organiques, qui se distingue par des nervures très marquées. L’envoûtement de des Esseintes par la flore monstrueuse atteint, dans la suite du chapitre, son paroxysme, il conduit à un véritable cauchemar résumé par ces mots : « Tout n’est que syphilis, songea des Esseintes, l’oeil attiré, rivé sur les horribles tigrures des Caladiums que caressait un rayon de jour ».

Ce passage d’À rebours de Joris-Karl Huysmans paru en 1884 se trouve au chapitre VIII, au milieu du livre. S’inspirant à la fois des expériences d’horticulteur de l’écrivain à Fontenay-aux-Roses et des descriptions botaniques de l’époque[1], il n’illustre pas moins le caractère fantasmagorique de son écriture. Le rassemblement de fleurs s’inscrit, quant à lui, dans la notion de collection dont les usages romanesques ont été étudiés notamment par Daniel Grojnowski[2]. La collection de fleurs permet d’instituer un « culte du Moi » tout en constituant une esthétique « à rebours ».


[1] Des descriptions d’Alfred Bleu, en l’occurence. Voir A. Campmas, « La monstruosité cachée : Huysmans et les hybrides artificiels », Fabula / Les colloques, Séminaire “Signe, déchiffrement, et interprétation”, URL : <http://www.fabula.org/colloques/document869.php>.

[2] Voir D. Grojnowski, « Les usages de la collection dans A rebours », Poétique, 2, 2010, pp. 167-176. URL : <https://www.cairn.info/revue-poetique-2010-2-page-167.htm>.


            Après les fleurs factices singeant les véritables fleurs, il voulait des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses.

            Il dirigea ses pensées dans ce sens ; il n’eut point à chercher longtemps, à aller loin, puisque sa maison était située au beau milieu du pays des grands horticulteurs. Il s’en fut tout bonnement visiter les serres de l’avenue de Châtillon et de la vallée d’Aunay, revint éreinté, la bourse vide, émerveillé des folies de végétation qu’il avait vues, ne pensant plus qu’aux espèces qu’il avait acquises, hanté sans trêve par des souvenirs de corbeilles magnifiques et bizarres. 

A. Garnerey, « Serre ornée du Jardin de M. Boursault » dans : P. Boitard, Traité de la composition et de l’ornement des jardins, 1825 (biodiversitylibrary.org).

            Deux jours après, les voitures arrivèrent. 

           Sa liste à la main, des Esseintes appelait, vérifiait ses emplettes, une à une. 

           Les jardiniers descendirent de leurs carrioles une collection de Caladiums qui appuyaient sur des tiges turgides et velues d’énormes feuilles, de la forme d’un cœur ; tout en conservant entre eux un air de parenté, aucun ne se répétait. 

Ch. Moren, « Caladiums », La Belgique horticole. Journal des jardins, des serres…, 1861.

           Il y en avait d’extraordinaires, des rosâtres, tels que le Virginale qui semblait découpé dans de la toile vernie, dans du taffetas gommé d’Angleterre ; de tout blancs, tels que l’Albane, qui paraissait taillé dans la plèvre transparente d’un bœuf, dans la vessie diaphane d’un porc ; quelques-uns, surtout le Madame Mame, imitaient le zinc, parodiaient des morceaux de métal estampé, teints en vert empereur, salis par des gouttes de peinture à l’huile, par des taches de minium et de céruse ; ceux-ci, comme le Bosphore, donnaient l’illusion d’un calicot empesé, caillouté de cramoisi et de vert myrte ; ceux-là, comme l’Aurore Boréale, étalaient une feuille couleur de viande crue, striée de côtes pourpre, de fibrilles violacées, une feuille tuméfiée, suant le vin bleu et le sang. 

           Avec l’Albane, l’Aurore présentait les deux notes extrêmes du tempérament, l’apoplexie et la chlorose de cette plante. 

           Les jardiniers apportèrent encore de nouvelles variétés ; elles affectaient, cette fois, une apparence de peau factice sillonnée de fausses veines ; et, la plupart, comme rongées par des syphilis et des lèpres, tendaient des chairs livides, marbrées de roséoles, damassées de dartres ; d’autres avaient le ton rose vif des cicatrices qui se ferment ou la teinte brune des croûtes qui se forment ; d’autres étaient bouillonnées par des cautères, soulevées par des brûlures ; d’autres encore, montraient des épidermes poilus, creusés par des ulcères et repoussés par des chancres ; quelques-unes, enfin, paraissaient couvertes de pansements, plaquées d’axonge noire mercurielle, d’onguents verts de belladone, piquées de grains de poussière, par les micas jaunes de la poudre d’iodoforme. 

           Réunies entre elles, ces fleurs éclatèrent devant des Esseintes, plus monstrueuses que lorsqu’il les avait surprises, confondues avec d’autres, ainsi que dans un hôpital, parmi les salles vitrées des serres. 

           — Sapristi ! fit-il enthousiasmé. 

           Une nouvelle plante, d’un modèle similaire à celui des Caladiums, l’« Alocasia Metallica », l’exalta encore. Celle-là était enduite d’une couche de vert bronze sur laquelle glissaient des reflets d’argent ; elle était le chef-d’œuvre du factice ; on eût dit d’un morceau de tuyau de poêle, découpé en fer de pique, par un fumiste. 

K. Koch, « Alocasia metallica » dans : L. van Houette, Flore des serres et des jardins…,1875.

           Les hommes débarquèrent ensuite des touffes de feuilles, losangées, vert-bouteille ; au milieu s’élevait une baguette au bout de laquelle tremblotait un grand as de cœur, aussi vernissé qu’un piment ; comme pour narguer tous les aspects connus des plantes, du milieu de cet as d’un vermillon intense, jaillissait une queue charnue, cotonneuse, blanche et jaune, droite chez les unes, tire-bouchonnée, tout en haut du cœur, de même qu’une queue de cochon, chez les autres. 

           C’était l’Anthurium, une aroïdée récemment importée de Colombie en France ; elle faisait partie d’un lot de cette famille à laquelle appartenait aussi un Amorphophallus, une plante de Cochinchine, aux feuilles taillées en truelles à poissons, aux longues tiges noires couturées de balafres, pareilles à des membres endommagés de nègre. 

           Des Esseintes exultait. 


Joris-Karl Huysmans, À rebours [1884], édition de Marc Fumaroli, Paris, Gallimard, 1977, pp. 187-189.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.