Les Parfums de Des Esseintes

                 Dans A rebours, roman écrit par Huysmans, et publié en 1884, Des Esseintes est un aristocrate qui s’enferme dans sa maison, à Fontenay-aux-Roses, pour fuir le monde qui l’entoure. Ce lieu sera une échappatoire dans lequel le personnage révélera son rapport au monde et à lui-même. Ce qu’il fera et décidera sera le reflet de ce qu’il pense du monde et de ce qu’il est. C’est comme cela que Huysmans conçoit le rapport entre son personnage, la réalité, et l’art. L’intérêt de Des Esseintes pour les parfums le montre bien. Dans le chapitre X, Des Esseintes, qui est malade, cherche à se soigner avec les parfums pour ne plus sentir les odeurs qui lui donnent la nausée. Il se met alors, tel un scientifique, à mélanger des essences rares qui le font rêver. Cet extrait montre ce qui fait le personnage, ainsi que ce qu’est le travail d’écriture du romancier.

       Cela lui donne accès, ainsi qu’au lecteur, au monde du rêve (illustration 1). Celui-ci est important pour le personnage car il lui permet de s’éloigner du monde réel qu’il déteste. Cette caractéristique de Des Esseintes entraîne une lecture d’autres particularités. La parfumerie devient un art puisqu’elle est reliée aux autres formes artistiques comme la musique avec les « accords », ou la poésie avec les « strophes », comme avec l’évocation de Baudelaire, qui est très apprécié par l’esthète pour sa manière de représenter le mal en le rendant beau. Dans ses œuvres il met en avant le mal qui est visible dans le monde réel, et cela inspire Des Esseintes, qui aime la provocation engendrée par la décadence, qu’il tient à distance, parce que son éloignement du monde le rend paradoxalement malade alors qu’il essaie de se soigner. Dans ce rêve, apparaît cette campagne dans laquelle il vit, et dont la nature, avec les essences rares, devient une « vie factice ». En effet, le mélange artificiel des parfums, et la transformation d’extrait naturels, déjà transformés (les lilas sont « artificiels ») en une invention témoignent d’une horreur du personnage pour la nature, qui le pousse à chercher l’artifice.(illustration 2)Cela définit également le personnage. Puis, dans ce rêve la femme s’introduit. Elle est « poudrée et fardée », et Des Esseintes voit « sa jupe ». Celle-ci porte l’artifice du maquillage, et elle est sensuelle puisque la jupe fait référence à sa beauté. Elle est ensorcelante puisqu’elle amène le personnage vers elle, au travers de l’odeur des parfums, ce que souligne le terme « félines » qui évoque la femme fatale. C’est ce que ressent Des Esseintes pour le corps féminin, que montre sa fascination pour la Salomé peinte par Gustave Moreau dans L’Apparition. Son corps à moitié nu, et sa parure de bijoux évoquent le sensuel et l’artifice chers à l’esthète. Sa beauté charme les hommes, ce qui en fait une femme fatale Enfin, Des Esseintes est aussi caractérisé par l’ambiguïté dans ce qu’il aime, car il s’enivre de l’odeur des « usines », car elles s’opposent à la nature, mais la substance qui s’échappent d’elles peut être toxique. Ce paradoxe est plus visible avec le fait que l’usine face partie de la réalité, alors que le personnage la repousse, mais il aime chez elle son côté faux. Cela annonce aussi et peut être l’échec de ce traitement puisque quoi que face Des Esseintes, la réalité revient irrémédiablement à lui. Ce passage indique donc ce qu’est le personnage, et il permet de comprendre ses actions tout au long du roman, ainsi que la pensée de l’auteur qui se détourne de la décadence du monde qui l’entoure en créant une œuvre originale, dans laquelle le fil conducteur n’est pas une intrigue mais bien ce qui définit le personnage principal, car tout tourne autour de lui, de son monde à lui. Il crée des essences à son image, ce qui permet au lecteur d’identifier ce qui le caractérise.

               On peut voir dans le travail de Des Esseintes, pour constituer les parfums, celui de l’écrivain qui mélange la réalité et la fiction dans son œuvre, mais aussi des termes très recherchés car ils sont rarement visibles à l’oral comme à l’écrit. En cherchant une essence rare, Des Esseintes est comme Huysmans qui cherche la rareté pour la mettre dans son roman, comme dans le nom des plantes utilisées par son personnage. Les travaux scientifiques et littéraires sont ainsi entremêlés. (illustration 3)De plus l’auteur fait explicitement référence à son travail lorsqu’il parle de ce dont rêve Des Esseintes en écrivant : « ce décor posé en quelques grandes lignes ». Huysmans indique au lecteur qu’il décrit. Il lui dit ce qu’il vient de faire au moment où il le fait, ce qui crée une mise en abyme. Cela rappelle au lecteur que ce qu’il lit est une histoire fictive inspirée de la décadence réelle. Le lecteur, comme il pénètre dans l’imagination du personnage, rentre aussi dans celle de l’auteur.

             On peut donc dire que cet extrait représente bien le roman puisque le rêve caractérise Des Esseintes en révélant au lecteur sa personnalité, que son expérience résulte de sa maladie qui fait partie de lui, mais aussi que le rêve défini le mysticisme. Comme l’intériorité du personnage n’est pas la même que celle des lecteurs, ils ne peuvent pas toujours comprendre pourquoi il pense comme cela, ce qui ajoute du mystère en plus du rêve qui n’est pas logique. Cela en fait le lieu du mystère. Des Esseintes montre également son goût pour l’artifice en opposition à la nature, avec les essences et le type de femme qu’il apprécie, en l’occurrence une femme maquillée. Le fait qu’elle soit fatale caractérise la beauté dans le mal, donc ce qui intéresse Des Esseintes dans l’art, et qui justifie son statut d’esthète. Toutefois, tout ces éléments qui l’éloigne un moment de la vie réelle ne suffisent pas à l’en écarter totalement car la réalité ne cesse de revenir au travers de sa maladie. De plus, les liens entre cet extrait et le reste de l’œuvre, comme l’évocation du voyage à “Londres” dans la provenance des “tilia”, ou encore les noms barbares des fleurs qui rappellent la collection de fleurs de Des Esseintes, montrent que celui-ci défini bien le personnage, et ce que son créateur voulait en faire. Enfin, les références de l’auteur à son écriture au sein même de celle-ci créées une mise en abyme entre son intériorité et celui de son personnage qui est le fil conducteur du roman.

Extrait :

« Il avait autrefois aimé à se bercer d’accords en parfumerie ; il usait d’effets analogues à ceux des poètes, employait, en quelque sorte, l’admirable ordonnance de certaines pièces de Baudelaire, telles que « L’Irréparable » et « Le Balcon », où le dernier des cinq vers qui composent la strophe est l’écho du premier et revient, ainsi qu’un refrain, noyer l’âme dans des infinis de mélancolie et de langueur.

                  Il s’égarait dans les songes qu’évoquaient pour lui ces stances aromatiques, ramené soudain à son point de départ, au motif de sa méditation, par le retour du thème initial, reparaissant, à des intervalles ménagés, dans l’odorante orchestration du poème.

               Actuellement, il voulut vagabonder dans un surprenant et variable paysage, et il débuta par une phrase, sonore, ample, ouvrant tout d’un coup une échappée de campagne immense.

                Avec ses vaporisateurs, il injecta dans la pièce une essence formée d’ambroisie, de lavande de Mitcham, de pois de senteur, de bouquet, une essence qui, lorsqu’elle est distillée par un artiste, mérite le nom qu’on lui décerne, « d’extrait de pré fleuri » ; puis dans ce pré, il introduisit une précise fusion de tubéreuse, de fleur d’oranger et d’amande, et aussitôt d’artificiels lilas naquirent, tandis que des tilleuls s’éventèrent, rabattant sur le sol leurs pâles émanations que simulait l’extrait du tilia de Londres.

                    Ce décor posé en quelques grandes lignes, fuyant à perte de vue sous ses yeux fermés, il insuffla une légère pluie d’essences humaines et quasi félines, sentant la jupe, annonçant la femme poudrée et fardée, le stéphanotis, l’ayapana, l’opopanax, le chypre, le champaka, le sarcanthus, sur lesquels il juxtaposa un soupçon de seringa, afin de donner dans la vie factice du maquillage qu’ils dégageaient, un fleur naturel de rires en sueur, de joies qui se démènent au plein soleil.

             Ensuite il laissa, par un ventilateur, s’échapper ces ondes odorantes, conservant seulement la campagne qu’il renouvela et dont il força la dose pour l’obliger à revenir ainsi qu’une ritournelle dans ses strophes.

                Les femmes s’étaient peu à peu évanouies ; la campagne était devenue déserte ; alors, sur l’horizon enchanté, des usines se dressèrent, dont les formidables cheminées brûlaient, à leurs sommets, comme des bols de punch.

Un souffle de fabriques, de produits chimiques, passait maintenant dans la brise qu’il soulevait avec des éventails, et la nature exhalait encore, dans cette purulence de l’air, ses doux effluves. ».

HUYSMANS Joris-Karl, A rebours [1884], « Gallimard Flammarion », édition Flammarion, 2019.

Des Esseintes crée de nouvelles odeurs avec les fleurs, ce qui le mène à rêver. Il entre dans un monde artificiel que suggère le tableau avec l’homme endormi. La variété de fleurs représentées peut faire penser au mélange fait par Des Esseintes pour créer une nouvelle senteur, même si elles symbolisent la nature qu’il ne veut pas voir. Cela rappelle le paradoxe qui constitue le personnage qui peut quand même trouver une petite satisfaction dans ce qu’il déteste. On a également une part de mysticisme avec le rêve puisque, dans le tableau, on ne sait pas où l’homme s’endort. Cela peut évoquer le rêve mystérieux de Des Esseintes, dans lequel se mélangent l’artifice de la nature, la sensualité féminine, et les usines. On a la réalité et la fiction qui s’entremêlent. On peut aussi penser que l’homme est fatigué (par la maladie?).


REDON Odilon, Buste d’homme aux yeux clos, entouré de fleurs, 1905, crayon noir et aquarelle, 51, 2 x 76, 8 cm, Musée d’Orsay, Paris. (Wikimedia) URL :

File:Redon – Buste d’homme aux yeux clos, entouré de fleurs, RF 40528, Recto.jpg – Wikimedia Commons 

Le choix d’œuvres du peintre Odilon Redon pour illustrer l’extrait est pertinent puisque ses contemporains le surnommait « le prince du rêve ». En l’occurrence c’est ce dernier qui est central dans l’extrait qui décrit le rêve de Des Esseintes quand il entre en contact avec la substance qu’il a crée. La fleur devient, comme dans le tableau, un artifice, et la tristesse du visage humain peut faire penser à l’état de santé du personnage qui se dégrade. Cela évoque aussi la décadence que Des Esseintes déteste, et qu’il cherche à éviter en se détournant de la maladie. Enfin, le tableau représente une fleur imaginaire, comme celle que Des Esseintes (ou Baudelaire avec Les Fleurs du Mal) crée en rassemblant plusieurs espèces de fleurs différentes.


REDON Odilon, Fleur de marécage, 1885, fusain et craie, 49, 8 x 34, 1 cm, Paris. (Kroller Muller Museum)

On a un chimiste qui fait des recherches comme Des Esseintes au travers de ses expériences, dont celle des parfums, tout au long du roman, pour trouver le moyen d’oublier ce qui le rend malade. La fumée blanche qui semble s’échapper du récipient peut faire penser à l’odeur qui envahit le corps et la pensée du personnage. Le visage du scientifique semble endormi, comme Des Esseintes qui se trouve dans un état second lorsqu’il sent les parfums, et qui est propice à l’imagination. Cela peut aussi faire penser à la maladie du personnage car l’homme représenté semble triste. Cela rappelle la cause de la recherche de Des Esseintes et de l’utilisation des parfums.


REDON Odilon, Et le chercheur était à la recherche d’infini, 1886, gravure, 18, 2 x 30, 5 cm, Paris. (Gallica)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.