A Rebours – Chapitre V : La danse de Salomé

Pablo Picasso, Salomé – La Suite de Saltimbanques, gravure sur papier Arches à la pointe sèche, 40 x 35 cm, Paris, 1905.
https://www.wikiart.org/en/pablo-picasso/salome-1905

La jeune Salomé dansant devant Hérode, nue, sa jambe gauche battant l’air, ses cheveux flottent. Derrière elle, la tête décapitée de Jean-Baptiste repose sur un plateau dans les bras d’une servante assise. Hérode et sa femme sont présents mais indifférents. Picasso donne une dimension plus contemporaine mais très intéressante à cette thématique, mettant Salomé parmi les Saltimbanques.

Huysmans est un écrivain représentatif de la deuxième moitié du XIXe siècle, une période significative pour les arts et l’esthétique. Ce bouleversement artistique entoure son roman A Rebours paru en 1884, qui reflète aussi la société de l’époque. Cette œuvre hybride, passe par le naturalisme mais aussi par le symbolisme, en marquant une transition vers autre chose.

Le chapitre V est consacré à la collection d’art de des Esseintes et l’extrait choisi constitue une ekphrasis, c’est-à-dire une description verbale d’une œuvre d’art. Plus précisément, la peinture de Gustave Moreau focalise l’attention de Jean des Esseintes qui devient une sorte de critique d’art qui traite un sujet – thématique de la fin de siècle, ce du mythe de la femme fatale, à travers la figure de Salomé. Le récit dynamique donne de force et du mouvement à la narration qui acquiert aussi une dimension psychologique.

Des Esseintes présente en détail un tableau de G. Moreau réalisé en 1876 et intitulé Salomé dansant devant Hérode, en créant grâce à sa narration vive, une image mystique de cette femme biblique qui a fasciné plusieurs artistes. Empruntant l’art de ce peintre symboliste, des Esseintes donne une interprétation personnelle et essaie de visualiser la scène où la danse fatale de Salomé a eu lieu et de la décrire, comme un rêve idyllique mais aussi menaçant.

Salomé, grâce à ses mouvements , à sa taille, à son regard, semble être une personne réelle dans l’imagination du héros qui nous fait vraiment voir des éléments qui ne sont pas au tableau. Ainsi, des Esseintes dépasse l’art et produit une esthétique particulière, résultat du mélange de la peinture avec la littérature.

 

« Entre tous, un artiste existait dont le talent le ravissait en de longs transports, Gustave Moreau.

Il avait acquis ces deux chefs-d’œuvre et, pendant des nuits, il rêvait devant l’un deux, le tableau de la Salomé, ainsi conçu :

Un trône se dressait, pareil au maître-autel d’une cathédrale, sous d’innombrables voûtes jaillissant de colonnes trapues ainsi que des piliers romans, émaillées de briques polychromes, serties de mosaïques, incrustées de lapis et de sardoines, dans un palais semblable à une basilique d’une architecture tout à la fois musulmane et byzantine. »

 

Gustave Moreau, Salomé ou Salomé dansant devant Hérode, huile sur toile 143.5 x 104.3 cm, 1876. (wikimedia commons)
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7c/Salome_Dancing_before_Herod_by_Gustave_Moreau.jpg?uselang=fr

En observant ce tableau de Moreau, le palais, l’ambiance, les couleurs, on voit clairement le talent narratif d’Huysmans qui réussit à écrire la peinture. Des Esseintes fasciné par sa sensualité dangereuse de Salomé,  essaie de récréer une version littéraire de cette oeuvre qui prend une forme différente devant nos yeux.

« Au centre du tabernacle surmontant l’autel précédé de marches en forme de demi-vasques, le Tétrarque Hérode était assis, coiffé d’une tiare, les jambes rapprochées, les mains sur les genoux.

La figure était jaune, parcheminée, annelée de rides, décimée par l’âge ; sa longue barbe flottait comme un nuage blanc sur les étoiles en pierreries qui constellaient la robe d’orfroi plaquée sur sa poitrine.

Autour de cette statue, immobile, figée dans une pose hiératique de dieu hindou, des parfums brûlaient, dégorgeant des nuées de vapeurs que trouaient, de même que des yeux phosphorés de bêtes, les feux des pierres enchâssées dans les parois du trône ; puis la vapeur montait, se déroulait sous les arcades où la fumée bleue se mêlait à la poudre d’or des grands rayons de jour, tombés des dômes. »

 

 

illustration, Chronique de Nuremberg (Die Schedelsche Weltchronik), Hartmann Schedel, 1493. (wikimedia commons)
https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/15/Nuremberg_chronicles_f_096v_1.png?uselang=fr

Hérode “assis, coiffé d’une tiare…figée dans une pose hiératique de dieu hindou“, c’est la description faite par des Esseintes. Cette illustration tirée de la Chronique de Nuremberg, un ouvrage illustré qui raconte l’histoire du monde, présente le Tétrarque comme étant une figure divine,  “jaune, parcheminée, annelée de rides, décimée par l’âge ; sa longue barbe flottait comme un nuage blanc” ; en regardant cette image on constate tous ces détails.

« Dans l’odeur perverse des parfums, dans l’atmosphère surchauffée de cette église, Salomé, le bras gauche étendu, en un geste de commandement, le bras droit replié, tenant à la hauteur du visage, un grand lotus, s’avance lentement sur les pointes, aux accords d’une guitare dont une femme accroupie pince les cordes.

La face recueillie, solennelle, presque auguste, elle commence la lubrique danse qui doit réveiller les sens assoupis du vieil Hérode ; ses seins ondulent et, au frottement de ses colliers qui tourbillonnent, leurs bouts se dressent ; sur la moiteur de sa peau les diamants, attachés, scintillent ; ses bracelets, ses ceintures, ses bagues, crachent des étincelles ; sur sa robe triomphale, couturée de perles, ramagée d’argent, lamée d’or, la cuirasse des orfèvreries dont chaque maille est une pierre, entre en combustion, croise des serpenteaux de feu, grouille sur la chair mate, sur la peau rose thé, ainsi que des insectes splendides aux élytres éblouissants, marbrés de carmin, ponctués de jaune aurore, diaprés de bleu d’acier, tigrés de vert paon.

Concentrée, les yeux fixes, semblable à une somnambule, elle ne voit ni le Tétrarque qui frémit, ni sa mère, la féroce Hérodias, qui la surveille, ni l’hermaphrodite ou l’eunuque qui se tient, le sabre au poing, en bas du trône, une terrible figure, voilée jusqu’aux joues, et dont la mamelle de châtré pend, de même qu’une gourde, sous sa tunique bariolée d’orange.

Ce type de la Salomé si hantant pour les artistes et pour les poètes, obsédait, depuis des années, des Esseintes. »

 

 

Chevalier Fortunino Matania, La danza di Salome (La danse de Salomé), illustration, 1881.
https://www.comicartfans.com/gallerypiece.asp?piece=1545646

J’ai repéré cette illustration sur Pinterest. Mon choix a été vite fait. Cette illustration du tableau d’un peintre italien connu pour son réalisme et historiques, est une représentation exacte de ce que des Esseintes décrit dans cet extrait : c’est Salomé “le bras gauche étendu, en un geste de commandement, le bras droit replié, tenant à la hauteur du visage… s’avance lentement sur les pointes…semblable à une somnambule, elle ne voit ni le Tétrarque qui frémit, ni sa mère, la féroce Hérodias, qui la surveille.”


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.