« Une balade sensible » sur le campus Descartes

(English text below)

[FR]

Une balade sensible s’attache aux sensations évoquées par l’environnement dans lequel on évolue. En suivant un protocole bien précis, les balades sensibles ont pour but de donner des informations sur la perception de l’environnement et d’aboutir à une réflexion autour des réceptions personnelles de chacun, à mettre en commun ou non. Cette technique est utilisée par les urbanistes pour différentes raisons : comprendre l’expérience des habitants d’un quartier, analyser la qualité de vie, faire la communication entre des habitants et des constructeurs. Cela permet de comprendre les attentes et les sentiments des habitants, et en faire un compte-rendu peut donner une indication d’améliorations à entreprendre pour les constructeurs. C’est pour ces raisons que la balade et sa restitution sont des démarches importantes à la recherche ; la mise en place d’un protocole bien strict permet de mieux cibler les réponses. 

A partir de cette optique, le projet PARVIS a organisé, le 25 mars 2022, une balade sensible à l’université Gustave Eiffel, sur le campus Descartes. L’objectif était de se promener sur une partie du campus en étant sensible à l’environnement qui nous entoure, et que nous connaissons bien, comme c’est notre lieu de travail.

Puis, de créer une carte à partir de cette balade subjective, autour des sentiments de chacun, sur un itinéraire précis au sein du campus. Cette expérience s’inscrit dans le cadre de recherche du projet PARVIS sur les « imaginaires futuristes urbains. » S’interroger nos sensations, et les retranscrire sur une carte sensible, permet d’aborder singulièrement nos représentations des villes futures et de leur imaginaire construit par l’art.

L’événement était ouvert à tous, mais la majorité des participants étaient attachés à l’université, on retrouve : des membres du programme PARVIS, des étudiants et des professeurs de l’EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), des étudiants du Master LSCN (Littérature, Savoirs et Culture Numérique) et des spécialistes dans les recherches sonores du parcours Musique et Métiers du son. 

L’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS)  cherche à comprendre les sociétés humaines, à étudier leur fonctionnement et leur évolution dans le temps. La balade sensible leur a permis d’interpréter l’influence de la société humaine sur le climat, et de voir comment elle s’adapte. Cette expérience leur a montré que société et climat n’allaient pas toujours de soi puisque les hommes ont encore des difficultés à prendre conscience de leur influence sur leur environnement. Une autre particularité était qu’ils ne connaissaient pas forcément tout le campus, c’était une découverte, leur jugement n’était pas altéré par leur expérience.

Certains étudiants se sont intéressés aux sons entendus pendant la balade, ils venaient du parcours Musique et Métiers du Son de l’Université Gustave Eiffel. En faisant l’expérience la balade, ils ont enregistré les sons des oiseaux, des voitures, des avions ou encore des travaux. Ces étudiants ont fait une balade sonore : ils nous ont proposé leur début de sélections à la fin de la journée, et un reportage complet est prévu, lors de l’exposition Villes futures : images, paroles, sons, du 17 au 20 mars, sur le campus Descartes, à la Bibliothèque Georges Perce à la maison de l’étudiant. Ils se sont intéressés aux bruits de la ville et ont constaté que le son des voitures était plus présent dans les rues, alors que ceux des oiseaux étaient plus forts dans les lieux boisés. Cette séparation entre deux mondes différents les intéresse pour caractériser l’impact du bruit dans la ville et autour de celle-ci.

Enfin, des étudiants venant du Master Littérature, Savoirs et Culture Numérique (LSCN) étaient présents dans le cadre d’un séminaire portant sur l’interprétation, par le biais de la littérature, du changement climatique et de ses données. La balade sensible leur a permis de prolonger le séminaire en mettant des mots sur ce qu’ils ont ressenti, et en essayant de donner du sens aux données récoltées. Ils ont également pu développer leur travail sur l’imaginaire qui entoure le climat, notamment avec la séparation entre les activités humaines et la nature.

Lors de la promenade sensible, les participants recevaient une direction (nord ou est) leur montrant le chemin à suivre. Les différentes directions permettent d’avoir des ressentis différents de l’espace, et de retranscrire une carte avec différentes subjectivités, à la fois sensorielle et directionnelle.

Sur l’ensemble du trajet, les participants devaient s’interroger sur les sensations de chaleur et de fraîcheur, provoquées par l’environnement. La promenade sensible permet d’apporter différents points de vue et ressentis d’un même parcours avec des instructions semblables, d’étendre les perceptions cognitives et sensorielles de plusieurs personnes dans une même expérience. C’est une méthode intéressante d’un point de vue social, mais également pour créer une carte la plus subjective possible. Les personnes présentes, lors de l’expérience, ne se côtoient pas, ne se parlent pas, ne s’informent pas de leurs perceptions. Chacun acquiert un libre-arbitre sans influence externe : le rendu ne peut être que satisfaisant si l’on recherche des avis subjectifs. L’expérience permet de s’intéresser aux représentations de chaleur et de fraîcheur dans la ville, comprendre et ressentir ce qu’elles connotent. 

Explications sur le choix photographique : Ce reportage proposera aussi des photographies retouchées par un outil numérique modifiant la balance des blancs. Ce choix permet, tout comme la carte subjective, de rendre compte d’une autre manière des sensations éprouvées. La balance des blancs permet de modifier la température d’une photographie : plus elle va tirer vers le jaune, plus elle sera perçue comme chaude, plus elle va tirer vers le bleu, plus elle sera perçue comme froide. Ainsi, si un participant a ressenti de la chaleur, alors l’image sera chaude et inversement.

Nos ressentis de la balade

Photos de déchets retrouvés dans le petit bois près du bâtiment Ada Lovelace, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

Sur une grande partie du trajet que nous devions suivre, nous avons trouvé des déchets sur le sol. Il y en avait près de l’étang, dans le petit bois, et au bord des trottoirs. Ils étaient plus présents dans l’herbe que sur le béton, et comme ils sont dans la nature cela m’a fait réagir. J’ai trouvé cela dégoûtant, et je me suis dit qu’ils n’avaient rien à faire là. En les voyant je me suis indignée, et le fait que je sépare la nature des activités humaines relève de l’imaginaire qui dénonce les activités humaines comme la cause de la dégradation du climat. Cela peut sembler paradoxal que l’être humain, qui fait partie intégrante de la nature parce que c’est un mammifère, soit séparé de son environnement naturel. Pourtant, c’est en mettant en danger la nature que l’être humain s’est éloigné d’elle. En effet, au lieu d’accepter qu’il est une composante de celle-ci il veut la soumettre à lui, et ce raisonnement explique, je pense, en grande partie cette tension entre homme et espaces naturels, et le fait qu’elle se soit glissé dans notre inconscient collectif. De plus, j’ajouterai qu’il nous était difficile de les identifier (surtout ceux du petit bois où on ne sait pas s’il s’agit d’éléments appartenant à une voiture ou à une machine à laver), de savoir à quels objets ils appartenaient. Et c’est un problème car cela réduit la marge de manœuvre pour que nous prenions conscience des matières qui polluent le plus, et de notre influence sur l’environnement.

Lucie Rebouché

Chemin longeant l’étang, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

La zone de l’étang était, pour moi, l’endroit le plus fascinant à découvrir. En entrant, j’ai ressenti une vague de chaleur, la présence, des arbres et des arbustes à feuilles caduques, m’a rappelé que l’hiver était encore présent : un élément oublié par mon corps lorsque je fermais les yeux. Le soleil brillait si fort au-dessus de l’étang : il y avait des moments où il était insupportable d’y rester. Les différentes sensations entre ce point et les autres de la carte, étaient évidentes pour moi : en explorant l’étang cette journée-là, j’ai compris que l’eau ne pouvait pas me ”sauver” de la chaleur ambiante ! La surface de l’eau reflétait les branches des arbres, semblant mortes, en même temps que les rayons du soleil, qui les touchaient en leur donnant de la vie. Ce contraste entre image et sensations, entre ce qu’on regarde et ce qu’on ressent, m’a étonné pendant la balade, et m’a fait m’interroger sur l’impact de la hausse des températures. La sensation de chaleur était si élevée, que j’oubliais constamment, qu’on était au début du printemps. Néanmoins, en s’éloignant de l’eau et en s’avançant de l’autre côté, dans un bosquet, l’air devenait plus pur et le soleil plus doux. Ce point confirme pour moi la réalité du changement climatique qui reste souvent cachée devant un lieu onirique qui en réalité souffre.

Lamprini Papathanasi

Entrée de la place, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

Après notre balade près de l’étang, nous avons poursuivi notre chemin en suivant notre carte ; nous sommes arrivés sur la place d’une résidence étudiante. Cette zone urbaine nous coupe, visuellement, de l’espace qui nous entoure. Complètement enclavé par l’ensemble des résidences étudiantes, nous retrouvons enfermés par des bâtiments de plusieurs étages et face à un Franprix.  Pourtant, ce lieu purement urbain, nous remémorant une sensation de chaleur, est ressenti comme une sensation de fraîcheur. Au cours de notre balade, l’ensemble de béton et de hauts bâtiments était souvent lié à une sensation de chaleur. Le bétonnage du sol relève de cette sensation à cause de l’absence de nature, de son absorption de la chaleur du soleil et de la référence aux passages de la foule et des voitures. De plus, les hauts bâtiments soulignent la présence humaine, mais elle rappelle aussi les règlements sur la hauteur des bâtiments. Ces réglementations sur l’urbanisme limitent la stagnation de l’air et du dioxyde de carbone, afin d’éviter de créer un gros centre de chaleur dans les villes. Le parvis de la résidence étudiante se détache complètement de cet imaginaire autour des hauts bâtiments et du béton. La limitation de la hauteur des bâtiments crée un vent de couloir, très agréable avec la chaleur de la journée. Malgré l’oppression des bâtiments, lorsque l’on fermait les yeux, l’espace était très relaxant : entre la sensation de fraîcheur dans un espace attaché à la chaleur, et cette impression d’être coupé du monde sur le parvis du Franprix. Des bancs étaient à notre disposition, nous permettant de profiter de cette sensation de fraîcheur, alors qu’ils étaient placés devant le parking. Son architecture unique laissait circuler le vent, tout en jouant une mélodie en faisant vibrer les barreaux. Ce lieu incarne pleinement la fraîcheur dans un espace urbain, souligne comment on peut organiser un environnement sensible à la chaleur, comme un point de fraîcheur.

Alexandre Dupont

 

Lampadaires sur le parvis de la bibliothèque universitaire, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

Le parvis de la bibliothèque Georges Perec. Ce point de la balade me paraît essentiel et mérite un approfondissement à lui tout seul. En effet, s’il y a bien un point qui a marqué tous les participants pour sa chaleur, c’est lui. Le soleil et la chaleur qui en découlait étaient écrasants, on se demande en y passant pourquoi cet endroit a été pensé ainsi. Pourtant, l’objectif de la construction de ce parvis est noble, dans une idée de réutilisation de bâtiments. Ce parvis, abritant la Maison de l’étudiant et la bibliothèque universitaire Georges Perec, prend ses bases sur un ancien corps de ferme, clin d’œil fait par l’initiative des écomoutons que je n’ai malheureusement pas vu ce jour-là. Le bâtiment ayant été complètement conservé et n’ayant eu comme ajout que la bibliothèque, par cette chaleur on peut y voir celle de l’étable. De plus, cet endroit m’a marqué par une forte présence de métal, notamment par la bibliothèque et ses lampadaires solaires, en contraste avec le peu de végétation qui y a été implanté. J’ai tenté d’illustrer par la photo ci-contre, cette idée qui, de mon point de vue, est associée à l’architecture moderne mais qui, dans les faits, n’aide en rien à améliorer le climat. Je trouve ce contraste esthétiquement et artistiquement très agréable, mais il me donne une impression de donner une bonne conscience en se cachant derrière le problème de fond : la dévégétalisation des sols.

Mélanie Brunet

 

La carte sensible 

À la fin de la balade, trois groupes ont été formés, afin de réaliser une carte sensible. Réunis selon leur sens du parcours, deux groupes pour l’Est et un groupe pour le Nord. À l’origine, nous devions confronter nos sensations de chaleur/fraîcheur, entre les différents participants et les différentes directions. Cependant, le manque de temps nous a empêché de réaliser ce projet ; le temps, que chacun a pris pour faire sa balade, était différent. Les groupes sont formés par ordre d’arrivée. Afin de mettre en forme cette carte nous avons différents matériaux à notre disposition : de la peinture, des feutres, de la ficelle, des tissus, des pastels, des crayons, des perles, de la colle… La pluralité des matériaux a stimulé notre imagination dans la réalisation des cartes, les rendant complètement différentes.  

Après avoir réuni toutes leurs informations, les groupes ont choisi leur façon de présenter celles-ci. Vous pouvez voir les réalisations ci-dessous.

On remarque que les cartes sont bien différentes, elles ne semblent pas avoir eu la même consigne, et pourtant, si. C’est la réunion des sensations de chaque membre du groupe qui crée ces différences ; les choix ont été soit, de représenter les particularités de chacun, soit, de trouver un moyen de réunir tout le monde autour, d’une manière de représenter les sensations. Chacun à sa façon d’aborder la chaleur et de la ressentir, certain trouvait cela plaisant, d’autre déplaisant, et se sont ces différences que les groupes ont tenté de présenter.

Conclusion

La balade a été faite en étant pressé par le temps, cela ne m’a pas permis de prendre le temps de comprendre et de noter chacune de mes sensations. De plus, étant submergée d’informations je n’ai pas noté en majorité mes sensations de chaleur et de fraîcheur donc je me suis surtout basée sur mon souvenir de ressenti lors de la restitution. C’était une question posée à la fin de la présentation des cartes sensibles, j’aurai trouvé intéressant qu’on prenne le temps d’associer la chaleur et la fraîcheur à des éléments extérieurs (le bruit des voitures à la chaleur par exemple).
(Avis de Mélanie)

Cette balade était un peu rapide, et la mettre, elle et la création de la carte avec les conférences faisaient beaucoup pour une journée. On aurait pu approfondir le travail sur la carte pour un résultat final plus complet. Enfin, apprendre à cartographier nos sensations était enrichissant, car situer et symboliser les données abstraites de l’imagination n’est pas toujours facile.
(Avis de Lucie)

La balade était intéressante et  enrichissante. La création des cartes était compliquée pour moi, parce qu’on devait transcrire nos propres sensations et on n’avait pas eu vraiment le temps d’observer profondément chaque endroit. C’était une expérience unique qui a ouvert mes horizons et qui m’a poussé à regarder (où mieux se sentir) d’un point de vue différent, sans devoir raisonner ou justifier mes impressions.
(Avis de Lamprini)

L’expérience de la balade était très enrichissante, malgré la longueur du parcours et le peu de temps que l’on avait pour la finir. J’ai dû écourter ma balade afin d’être à l’heure pour la retranscrire en carte. L’objectif d’une carte sensible collaborative permettait de partager ses sensations, mais aussi de mieux les comprendre. En parlant avec d’autres participants, je me suis rendu compte que l’on avait un rapport à l’espace différent, mais aussi très proche. Par exemple, le parvis de la bibliothèque était un énorme point chaud et nous avons tous ressentis la même chose, mais nos repères mémoriels étaient différents. C’est ce partage qui rend l’expérience encore plus enrichissante. Pour profiter pleinement de cette balade, il serait intéressant d’y consacrer une journée entière afin d’avoir le temps de mieux ressentir son environnement.
(Avis d’Alexandre)

Ce projet est appréciable, de par l’aspect “expérience de terrain”, qu’il a permis de faire connaître, mais aussi grâce à l’utilité de notre ressenti pour créer une carte subjective. Néanmoins, il semble y avoir une limite à cette expérience : une fois la carte subjective créée et lue par d’autres personnes, la balade sensible ne peut plus être subjective et sera influencée. Pour l’éviter, il faudrait proposer une balade sensible sur des endroits qu’une carte réunissant les points de vue de chaque participant n’a pas encore étudiée. Par rapport à l’imaginaire des villes futures, la balade permet une reconnexion de l’être avec l’environnement. Connaître les ressentis de chacun sur un paysage est important pour déterminer dans quel environnement l’être se construira positivement.

Références : 

BOST Stéphanie,  «Cartographies et balades urbaines : la mise en récit des quartiers populaires par leurs habitants – Retour d’expériences à partir d’un projet de valorisation touristique participative», Bulletin de la Société Géographique de Liège [En ligne], 76 (2021/1).
Url : https://popups.uliege.be/0770-7576/index.php?id=6404

BRONNER Anne-Christine, REKACEWICZ Philippe, TROIN Florence, “Atelier de cartographie expérimentale” Représenter les territoires, Collège international des sciences territoriales (CIST), Rouen, 2018.
Url : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01854385/document

CHADANSON Jean-Christophe, Éprouver la ville par les 5 sens, les promenades sensibles de l’a-urba, L’A’urba, Bordeaux, 2019.
Url : https://www.aurba.org/productions/eprouver-la-ville-par-les-5-sens-les-promenades-sensibles-de-la-urba/ 

CHRISTMANN Mathilde, OLMEDO Élise, POISSON Mathias, « Promenades sensibles à performer », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement , Volume 18 Numéro 3, [En ligne], décembre 2018.
Url : https://journals.openedition.org/vertigo/22851#tocto1n2

 

[EN]

A sensitive walk focuses on the sensations evoked by the environment in which one evolves. Following a very specific protocol, sensitive walks aim to offer information on the perception of the environment and to lead to a reflection on one’s personal receptions, to share or not. This technique is used by urban planners for multiple reasons: to understand the experience of the inhabitants of a district, to analyze the quality of life, to establish communication between inhabitants and builders. This makes it possible to understand the expectations and the feelings of the inhabitants, and by making a report, this can give an indication of possible improvements for the builders. It is for these reasons that the walk and its restitution are important research steps; the implementation of a very strict protocol makes it possible to better target the responses.

With this in mind, the Parvis project organized, on March 25th, 2022, a sensitive walk at Gustave Eiffel University. The goal was to walk around the campus, being sensitive to the environment that surrounds us, and that we all know so well as it is our workplace. Then, we had to create a map from this subjective walk, based upon everyone’s feelings around a specific route, within the campus area. This experience is part of the research framework of the Parvis project on “urban imaginary futuristics “. Questioning our feelings and transcribing them on a sensitive map, allows us to remarkably approach our representations of cities of the future and their imagination built by art.

The event was open to everyone, but most participants were attached to the University, including members of the PARVIS program, students and professors from EHESS (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), students from the LSCN Masters program (Littérature, Savoirs et Culture Numérique) and specialists in sound research from the Music and Sound Professions program.

The Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) seeks to understand human societies, to study their functioning and their evolution over time. The sensitive walk allowed them to interpret the influence of human society on the climate, and to see how society adapts to the climate. This experience showed them that society and climate were not always self-evident, since people still have difficulty becoming aware of their influence on their environment. Another aspect was that they did not necessarily know the whole campus, it was a discovery, but their judgment was not altered by their experience.

Some students were interested in the sounds they heard during the walk, sounds that were recorded by the Music and Sound Professions specialists of Gustave Eiffel University. These specialists recorded the sounds of birds, cars, planes and even construction during their walk. They went on a sound-guided walk. At the end of the day, they offered us their start selections and a full report. They were interested in the noises of the city, and they found that the sound of cars was more present in the streets, while those of the birds were louder in wooded areas. This separation between two different worlds helps them characterize the noise impact in and around the city.

Finally, students from the Literature, Knowledge, and Digital Culture Masters (LSCN) were present as part of a seminar on the interpretation of climate change and its data through literature. The sensitive walk allowed them to extend the seminar by putting words to what they felt and trying to make sense of the data collected. They were also able to develop their work on the imagination that surrounds the climate, with the separation between human activities and nature.

During the sensitive walk, the participants received a direction (north or east) showing them a path to follow. The different directions allow to have different feelings on areas, and to put on paper a map with different subjectivities, both sensory and directional.

  • Road map – East
  • Road map – North

Throughout the journey, the participants had to explore their sensations of heat and coolness caused by the environment. The sensitive walk makes it possible to bring different points of view and feelings on the same route with similar instructions and to extend the cognitive and sensory perceptions of several people in the same experience. It is an interesting method from a social point of view, but also to create the most subjective map possible. During the experience, the participants are not supposed to be near each other, they should not speak to each other, nor get informed about other people’s point of view. Everyone has free will without external influence: the result can only be pleasant if we seek for subjective opinions. The experience makes it possible to pay attention to the representations of heat and coolness in the city, to understand and to feel what they connote.

Explanations on the photographic choice : This report will also offer photographs retouched by a digital tool modifying the white balance. This choice makes it possible, just like the subjective map, to account for the sensations experienced in another way. The white balance makes it possible to modify the temperature of a photograph: the more it will pull towards yellow, the more it will be perceived as warm, the more it will pull towards blue, the more it will be perceived as cold. Thus, if a participant felt heat, then the image will be hot and vice versa.

 

Perception

Rubbish in woods next to Ada Lovelace, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

During the journey we had to follow, we found a lot of garbage on the ground. They were near the pond, in the small woods, and on the sidewalks. They were more present in the grass than on the concrete, and as it is in nature it made me react. I thought it was disgusting, and I thought it had nothing to do there. I was shocked and the fact that I separate nature from human activities is a matter of the imagination that denounces human activities as the cause of the degradation of the climate. It may seem absurd that the human being, who is an integral part of nature as a mammal, is separated from its natural habitat. it is Yet by endangering nature that humans have distanced themselves from it. Indeed, instead of accepting that they are a component of it they want to submit it to him and this reasoning explains I think in large part this tension between man and natural spaces, and the fact that it has slipped into our collective unconscious. In addition, I would add that it was difficult for us to identify them (especially those of the small wood where we do not know if they are parts belonging to a car or a washing machine) to know which objects they belonged to. And this is a problem because it reduces the scope for us to be aware of the materials that pollute the most and our influence on the environment.

Lucie Rebouché

 

Way run along the pond, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

The pond area was for me the most fascinating place to discover. As I walked in, the heat really hit me. The presence of deciduous trees and shrubs reminded me that winter is still present, something my body would forget when my eyes were closed. Certainly, the sun was shining so brightly in the pond that there were times when it was unbearable for me to stay there. The different sensations between this point and the others on the map were obvious to me: as I explored the pond that day I realized that the water could not “save” me from the heat! In the surface of the water, the branches of the trees reflected and seemed like they had died whereas the rays of the sun that touched them were giving them life. This contrast between image and feeling, between what we look at and what we feel, surprised me during the walk and certainly made me wonder about the impact of rising temperatures. It was so high in this place that I kept forgetting it was early spring. However, by moving away from the water, going to the other side into the grove the air became purer and the sun softer. This point confirms to me the reality of climate change that often remains hidden in front of a dreamlike place that actually suffers.

Lamprini Papathanasi

 

Entrence in the place, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

After our walk next to the pond, we continued our way by following our map. We arrived at the square of a student residence. This urban area cuts us visually from the space around us. Completely enclosed by all the student residences, we found ourselves locked by high buildings and a grocery store. Yet this purely urban place, reminding us of warmth, gave us as a feeling of freshness. During our walk all this concrete along with the tall buildings were often related to a feeling of warmth. The concreting of the ground comes from this sensation because of the absence of nature, its absorption of the heat of the sun and the reference to the passages of the crowd and the cars. In addition, the tall buildings underline the human presence, but they also recall the regulations on the height of the buildings. These town planning regulations limit the stagnation of air and carbon dioxide in order to avoid creating a large heat centre in the cities. The forecourt of the student residence complements this imaginary around the tall buildings and concrete. The limitation of the height of the buildings creates a very pleasant corridor wind with the heat of the day. Despite the oppression of the buildings, when we had our eyes closed, the space felt very relaxing: between the feeling of freshness in a space attached to the heat and this impression of being cut off from the world on the forecourt of the grocery store. Benches were at our disposal allowing us to enjoy this feeling of freshness while they were placed in front of the parking lot. Its unique architecture allowed the wind to circulate while playing a melody by vibrating the bars. This place fully embodies freshness in an urban space, underlines how one can organize an environment sensitive to the heat as a point of freshness.

Alexandre Dupont

 

Street lamp on university library parvis, Université Gustave Eiffel, Champs-sur-Marne, “Balade sensible”, 2022.

The square of Georges Perec’s library: this point of the walk seems essential to me and deserves a deepening. Indeed, if there is one point that marked all the participants for its warmth, that is it. The sun and the heat that flowed from it were overwhelming, you wonder why this place was thought that way. However, the objective of the construction of this square is noble, in the sense of buildings reuse. This square, housing the Maison de l’étudiant and the Georges Perec university library, is based on an old farmhouse, a wink made by the initiative of the eco-sheep that I unfortunately have yet to see. The building having been completely preserved and having had as addition only the library, we can see by this heat the one of the stable. In addition, this place has marked me with the strong presence of metal, especially the library and its solar streetlights unlike the very little vegetation that was implanted there. I tried to illustrate with the following photo this contrast which, from my point of view, is associated with the modern architecture which, in fact, does nothing to improve the climate. I find this contrast aesthetically and artistically very pleasant, but it gives me the impression of giving a good conscience by hiding behind the underlying problem. The basic problem is often that of the devegetation of soils.

Mélanie Brunet

 

The sensitive map

At the end of the walk three groups were created in order to create a sensitive map. Gathered according to their sense of the walk, two groups for the East and one group for the North. Originally, we had to confront our feelings of warmth/freshness between the different participants and the different directions. However, the lack of time prevented us from carrying out this project: the time that everyone took to go for a walk was different. Groups are formed in order of arrival. In order to shape this card we have different materials at our disposal: paint, felt, string, fabrics, pastels, pencils, beads, glue… The plurality of materials stimulated our imagination in the realization of maps, making them completely different.

After gathering all their information, the groups have chosen their way of presenting it. You can see the achievements below.

We can note that the cards are very different, they do not seem to have the same instruction, but yes. It is the joining sensations of each group’s members that creates these differences. The choices were to represent the particularities of each or to find a way to bring everyone around in a way to represent the sensations. Each has his own way of approaching the heat and feeling it. Some found it pleasant and others unpleasant. It was these differences that the groups tried to present.

Conclusion

The walk was done quickly, so it didn’t allow me to take the time to understand and write each of my impressions. Furthermore, being overwhelmed with informations, I didn’t notice most of my feelings of warmth and freshness, so I based myself on my feelings’s memories for the restitution. It was a question asked at the end of the sensitive cards’s presentation: I would have found it interesting to take the time to associate heat and freshness with external elements (the noise of cars with heat for example).
(Melanie’s opinion)

The ride was a little quick. Card’s creation and conference was to much for one day. We could have deepened the map’s work for a more complete final result. Finally, learning to map our sensations was rewarding, because situating and symbolizing the abstract data of the imagination is not always easy.
(Lucie’s opinion)

The ride was interesting and certainly rewarding. Creating the maps was complicated for me because we had to transcribe our own sensations and we didn’t really have time to observe each place deeply. In general, it was a unique experience that opened my horizons and pushed me to look (or better to feel) from a different point of view, without having to reason or justify my impressions
(Lamprini’s opinion)

The experience of the walk was very rewarding, despite the length of the road and the little time we had to finish it. I had to cut my ride so I could be on time to rewrite it into a map. The goal of a collaborative map made it possible to share our sensations, but also to understand them. Speaking with other participants I realized that we have a different relation to space but also very close. For example, the square of the library was a huge hot spot and we all felt the same but our memorials were different. It is this sharing that makes the experience even more rewarding. To fully enjoy this walk it would be interesting to devote a whole day to it in order to have time to feel its environment. 
(Alexandre’s opinion)

 

The sensitive walk is part of the literary dimension of the project named Parvis, which is interested in “Urban Imaginary Futurists”, and the questioning around the sensations of heat/coolness referring to these representations. The feeling of warmth reminds us of cities and its skyscrapers, featured in The Fifth Element or the Star Wars saga. These cities extended in height, underline a new conception of space, centered mostly on the air rather than the earth, and it presents cities with little vegetation. The construction of cities of the future defines a separation between the ultra-urban and the return of the vegetal. In our imagination, cities of the future are either technological or vegetated: we find this philosophical opposition of nature and culture. This sensitive walk is based on the representation of our imaginations. For instance, we notice that nature, woods, and water are linked to a feeling of freshness, while construction, concrete and buildings are linked to a feeling of warmth. The city is perceived as hot while nature is cold. By questioning our feelings, the sensitive walk encourages us to question the link between heat/coolness and global warming.

 

References : 

BOST Stéphanie,  «Cartographies et balades urbaines : la mise en récit des quartiers populaires par leurs habitants – Retour d’expériences à partir d’un projet de valorisation touristique participative», Bulletin de la Société Géographique de Liège [En ligne], 76 (2021/1).
Url : https://popups.uliege.be/0770-7576/index.php?id=6404

BRONNER Anne-Christine, REKACEWICZ Philippe, TROIN Florence, “Atelier de cartographie expérimentale” Représenter les territoires, Collège international des sciences territoriales (CIST), Rouen, 2018.
Url : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01854385/document

CHADANSON Jean-Christophe, Éprouver la ville par les 5 sens, les promenades sensibles de l’a-urba, L’A’urba, Bordeaux, 2019.
Url : https://www.aurba.org/productions/eprouver-la-ville-par-les-5-sens-les-promenades-sensibles-de-la-urba/ 

CHRISTMANN Mathilde, OLMEDO Élise, POISSON Mathias, « Promenades sensibles à performer », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement , Volume 18 Numéro 3, [En ligne], décembre 2018.
Url : https://journals.openedition.org/vertigo/22851#tocto1n2

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.