Gisèle Séginger, l’entretien

Comment accorder Savoirs et Littérature? Comment la littérature peut rencontrer les sciences non seulement sociales, mais aussi biologiques? Fondatrice du laboratoire du LISAA (Littérature, Savoirs et Arts), Gisèle Séginger revient sur son parcours et sur les premiers pas en France des recherches interdisciplinaires entre sciences et littérature.

Quel a été votre parcours scolaire et universitaire ?

Après le bac, j’ai fait une classe préparatoire à Nice, avant d’aller à l’Ecole normale supérieure de Fontenay-aux roses, réservée aux jeunes filles. A l’époque, les garçons et les filles étaient encore séparés dans des ENS différentes. 

A Paris, j’ai fréquenté presque toutes les facs parisiennes. J’ai mené en même temps une licence de Lettres à Paris 7 et une licence d’espagnol Paris 3. Après cela, j’ai fait une thèse et enseigné dans les facultés de Paris 3 et Paris 10. Ensuite, j’ai eu un poste de maîtresse de conférence à Strasbourg pendant une dizaine d’années , avant de venir ici à Marne la Vallée.

Cela n’a pas été trop dur pour une méridionale de monter sur Paris ? 

Non, quand je vivais dans le Sud, je faisais mes études à Cannes, ville endormie, donc j’ai été contente de retrouver une grande ville avec ses théâtres, ses galeries, ses musées. A aucun moment je n’ai pensé repartir en arrière.

Quel est votre meilleur souvenir lors de vos études ?

Je pense que cela a été mon séjour d’un semestre à Madrid dans la période où l’Espagne retrouvait la démocratie. Il y avait beaucoup de débats politiques dans les universités et dans les cafés. J’étais dans une résidence pour des étudiantes boursières du franquisme car l’on trouvait difficilement une place dans les autres résidences. Historiquement c’était une ancienne caserne républicaine. Paradoxalement, je me suis donc retrouvée cette caserne républicaine qui servait de résidence aux étudiantes boursières du franquisme, en un moment de bouleversements politiques intenses. Les résidentes lisaient Jean-Paul Sartre et elles enterraient ensuite les livres dans le jardin car c’était bien entendu interdit. A ce moment-là, on voit l’histoire se faire.

Jean-Paul Sartre vendant La Cause du Peuple, dessin libre de droit de Calvi (disponible sur Wikicommons)

Quel est votre domaine d’étude ? Qu’est-ce qui vous passionne dans celui-ci? Qu’est-ce qui vous pousse à continuer dans la recherche ?

J’ai plusieurs spécialités. Au milieu des années 80, il n’y avait que très peu de bourses de thèses donc j’ai d’abord commencé à enseigner dans le secondaire avant de finir ma thèse en 1991. A l’époque, on se spécialisait sur un siècle et un auteur. Donc, je suis devenue Flaubertienne. C’était par choix et plaisir. C’est un auteur qui m’a marqué plus que d’autres. C’est cet auteur-là qui a retenu mon attention par le plaisir de lecture. Le roman qui m’a marqué c’est Salambô. Il m’a donné le goût de l’Orient, et bien sûr de Flaubert. C’est grâce à cela que je me suis spécialisée dans l’histoire des religions au XIXe siècle. La passion de Flaubert pour l’histoire et la philosophie a retenu mon attention et m’a poussé dans cette direction. De la même façon, c’est un écrivain qui s’est intéressé aux sciences. Il m’a permis de faire des recherches interdisciplinaires. Ça a été capital. J’avais désormais deux axes : le traitement de l’histoire et le traitement de savoirs. Les deux passions de Flaubert sont devenues mes deux passions.

Caricature d’Eugène Giraud dans Les Soirées du Lac (disponible sur Gallica)

  Quand je suis arrivée à l’Université de Marne-la Vallée, il fallait créer un laboratoire, et donc j’ai proposé le LISAA dans le contexte de cette université très scientifique. Il n’y avait pas encore de labo qui allait aussi loin dans l’interdisciplinaire. Sortir des sciences humaines pour aller vers les sciences naturelles, on a été l’un des premiers. J’ai été démarchée pour déposer des dossiers importants : les profs ne pouvaient pas se contenter des dotations des laboratoires, il fallait avoir des subventions et répondre à des appels à projets. J’ai commencé à demander de plus en plus gros. J’ai commencé à monter des programmes sur la biologie. Avec la Fondation Maison des Sciences de l’Homme de Paris, on commence à travailler ensemble, j’ai créé un réseau de maisons des Sciences de l’Homme autour de Paris, Strasbourg, mais aussi Toulouse, Dijon, Nancy. On a obtenu une première subvention et on a continué de fédérer avec la participation de biologistes parisiens et strasbourgeois. C’était la première expérience en sciences humaines mêlant sciences biologiques et littérature. Avec l’Université de Fribourg, nous avons déposé un projet dans la foulée, ce qui nous a permis de recruter sur quatre ans, deux personnes du côté français et deux personnes du côté allemand.

Et après je me suis dit qu’est-ce qu’on fait maintenant ?

J’ai déposé un projet à l’Institut universitaire du France, sur les « Querelles scientifiques » et cela m’a ouvert bien des portes du côté des éditeurs. Les projets se font toujours de manière très collective.

  Nous voilà arrivés en 2020, l’université se transforme, fusionne avec d’autres institutions et décide de créer un gros pôle « l’I-Site » et commence à travailler sur la ville. On reste un peu perplexe avec l’équipe car il nous faut encore muter une nouvelle fois. La seule possibilité c’était avec l’écologie. La seule solution était de prendre le virage et de s’intéresser à l’éco-critique, déjà développée dans le monde anglo-saxon. Pour faire simple et grossier, c’est l’ensemble de réflexions sur la tension que la littérature entretient avec la nature. Or, les éco-criticiens travaillent de façon thématique et surtout hors du milieu urbain. Alors, on s’est intéressé à l’écologie urbaine en partenariat avec un laboratoire du muséum d’histoire naturelle de Paris. Nous sommes financés par l’I-Site pour le programme Urbanature, ce qui permet de créer de nouvelles publications. Actuellement une application sur les lieux de biodiversité à Paris (avec des jeux notamment) est en cours de développement.

Voilà comment nous nous sommes lancés. Cependant, nous avions un certain nombre de craintes car personne n’avait dialogué avec les écologues. Il a fallu refaire un certain nombre de lectures, car nous ne savions pas grand-chose, sur l’histoire des villes par exemple. On a tout découvert, ou en tous cas beaucoup de choses.

Couverture du livre “La Nature à Paris au XIXe siècle”, issu du programme Urbanature, avec l’aimable autorisation de Gisèle Séginger

Qu’est-ce qui vous plaît dans le fait d’enseigner à l’université ?

Ce qui me plaît, c’est de pouvoir faire des cours qui sont en rapport avec ma recherche. Je ne fais plus de cours, comme au début où je faisais des cours d’agrégation, je choisis mes sujets maintenant. De plus, je préfère enseigner à des adultes.

Quand j’ai commencé, j’ai fait du secondaire, de la 5e jusqu’à la 1ere et à l’université, j’ai fait tous les niveaux. Les étudiants souffraient à faire des dissertations et je souffrais encore plus à les corriger.

Quel est le lieu que vous préférez le plus à l’université ?

C’est le bâtiment Copernic car il est au centre du campus et entouré d’un petit peu de verdure. On a beaucoup de chance, on est dans des locaux confortables et agréables, comparés à d’autres universités ou à d’autres bâtiments excentrés.

Si vous aviez un conseil à donner à vos étudiants, quel serait-il ?  

C’est d’être passionné. Je crois que c’est la passion qui donne la force de travailler, de surmonter les difficultés et les défis, de faire des études longues. Je travaille souvent le week-end et pour ça, il faut être passionné, sinon on ne tient pas sur la distance.

Crédits:

Estampe de Y.M. représentant le II acte de Salammbô (Gallica: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53117873g/f1.item.r=salammbo)



Citer ce billet
swaniejuret (2023, 21 novembre). Gisèle Séginger, l’entretien. Master Littérature, Savoirs et Culture numérique. Consulté le 23 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r38g

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.