Tous les articles par J-LISAA

L’ESPRIT Décadent

Enseignante

J. Azoulai

Descriptif et objectifs du cours

À travers l’étude du roman de J.-K. Huysmans À Rebours (1884), il s’agit d’appréhender quelques grands aspects de l’esthétique décadente, elle-même indissociable d’une éthique, d’une politique et d’une métaphysique spécifiques. Littérature de la réaction, marchant à rebours, le roman de Huysmans trouve une pâture nouvelle dans l’insurrection contre les modèles établis : contre l’esthétique naturaliste, par la promotion de l’artifice et la déconstruction ironique du genre romanesque; contre l’esprit démocratique, par la revendication d’un isolement aristocratique du moi; contre le matérialisme moderne et la morale bourgeoise, par l’exploration des territoires psychiques de la névrose, du rêve et de la perversion. Histoire d’un dandy s’adonnant, à l’instar de Baudelaire, à un « culte des images », le roman À rebours nous permettra d’étudier le rapport étroit qu’entretiennent arts visuels et littérature dans l’esthétique fin-de-siècle. Continuer la lecture de L’ESPRIT Décadent

Idées de sujets (19e siècle)

Le sujet du mémoire de recherche est défini en concertation avec un.e directeur.rice. En fonction de son domaine de spécialité chaque directeur.rice de mémoire pourra vous suggérer certaines idées de sujets ou vous aider à préciser le sujet et le corpus que vous souhaitez aborder.

Vous trouverez ici quelques idées pour ce qui concerne la littérature du 19e siècle

LITTÉRATURE COMPARÉE

CÉCILE HUSSHERR

Cecile.Hussherr@univ-eiffel.fr

Médée, coupable ou victime ? Euripide, Médée, Christa Wolf, Médée

Sorcières et magiciennes au théâtre : Médée, Lady Macbeth, Phèdre (Euripide, Médée, Shakespeare, Macbeth, Racine, Phèdre).

Récits (masculins) de création de la femme : Pandore, Eve, et la « race femelle », malheur du genre humain.

L’autrice et ses personnages : du conformisme au détournement ironique (Charlotte Brontë, Jane Eyre, George Sand, Indiana)

Une femme confinée: Eugénie Grandet (Balzac, Eugénie Grandet)
 
Romance et violence-  bildungsromane féminins: George Sand, Indiana, Charlotte Brontë, Jane Eyre
 
L’indépendance féminine: George Sand, Lélia, Charlotte Brontë, Jane Eyre
 
La satire sociale au féminin: Jane Austen, Orgueil et préjugés, George Sand, Pauline (ou, au choix: Virginie Despentes, King-Kong Théorie)
 
Ecriture féminine et univers matriarcal (Comtesse de Ségur, Les Malheurs de Sophie, Les Petites filles modèles, Les Vacances, Louisa May Alcott, Little Women (Petites bonnes femmes/Les Quatre filles du docteur March)
 
La machine et le vivant (Mary Shelley, Frankenstein, Hoffman, Contes, Villiers de l’Isle-Adam, L’Eve future )
 
La peste, au féminin ? (Sophocle, Œdipe-Roi, Mary Shelley, Le Dernier homme, Camus, La Peste)

LITTÉRATURE FRANÇAISE

GISÈLE SÉGINGER

Gisele.Seginger@univ-eiffel.fr

Axes de recherche possibles :

-Représentations de l’Orient dans la littérature et la peinture
– Littérature et archéologie
– L’Orient dans les bandes dessinées
– L’épopée au 19e siècle

JULIETTE AZOULAI

Juliette.Azoulai@univ-eiffel.fr

Villes décadentes (Rodenbach, Bruges la Morte ; Goncourt, Madame Gervaisais ; Zola, La Curée)

La forêt (Michelet, Flaubert, Hugo)

Éthique de l’animalité (Flaubert, Mirbeau, Zola)

Grossesses et maternité au 19e siècle (Flaubert, Maupassant, Zola)

La danse chez Flaubert (Madame Bovary, L’Éducation sentimentale et Hérodias)

L’animalité chez Baudelaire (Les Fleurs du mal, Le Spleen de Paris)

L’enfance chez Baudelaire (Les Fleurs du mal, Le Spleen de Paris)

­

NB : Ce ne sont là que des suggestions, au cas où vous seriez en mal d’inspiration, mais en aucun cas des prescriptions ! Sentez-vous libres de proposer des sujets, d’exprimer vos désirs de recherche, en prenant contact avec l’équipe des enseignant.e.s-chercheurs.ses du master LSCN.

 

William Bouguereau, Inspiration, 1898 (Wikimedia Commons)

Artistes de la mer

Animaux marins (Imagerie scientifique)

Atkins Anna
Blaschka Leopold et Rudolf
Haeckel Ernst 
Gosse Philip 
Lesueur Charles
Marey Étienne-Jules 
Merculiano Comingio et Giacomo

Paysages et animaux marins (beaux arts)

Böcklin Arnold
Cabanel Alexandre
Friedrich Caspar David
Gallé Émile
Manet Édouard
Monet Claude
Moran Edward
Moreau Gustave
Neuville Alphonse (de)
Redon Odilon
Tissot James
Turner William

La mer au XIXe siècle

Travaux des M2 LSCN dans le cadre du cours
“L’imaginaire de la mer au XIXe siècle”

Artistes de la mer
La mer vue du rivage”(Jules Michelet)
“Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo) Eva Janvier
“Le vaisseau fantôme” (Richard Wagner) Nicolas Despin
“Le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)  Léa Delevacque
“L’horreur du maelstrom” (Edgar Allan Poe) Céline Maillard
“Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud) Élodie Houssard
“The Rime of the Ancient Mariner” (Coleridge) Aurélien Aemmer

 

Utagawa Kuniyoshi (1798 – 1861), “Miyamoto Musashi et la baleine”, vers 1848, Wikipedia.

“La mer vue du rivage” (Jules Michelet )

J.M.W. Turner, Rough Sea with Wreckage, 1840-1845 (Wikimedia Commons)

Un brave marin hollandais, ferme et froid observateur, qui passe sa vie sur la mer, dit franchement que la première impression qu’on en reçoit, c’est la crainte. L’eau, pour tout être terrestre, est l’élément non respirable, l’élément de l’asphyxie. Barrière fatale, éternelle, qui sépare irrémédiablement les deux mondes. Ne nous étonnons pas si l’énorme masse d’eau qu’on appelle la mer, inconnue et ténébreuse dans sa profonde épaisseur, apparut toujours redoutable à l’imagination humaine. 

Les Orientaux n’y voient que le gouffre amer, la nuit de l’abîme. Dans toutes les anciennes langues, de l’Inde à l’Irlande, le nom de la mer a pour synonyme ou analogue le désert et la nuit. Continuer la lecture de “La mer vue du rivage” (Jules Michelet )