Archives de catégorie : Billets

Syphilis et décadence dans l’œuvre de Huysmans

          L’œuvre de Huysmans nous fait suivre le déviant quotidien de Jean Floressas Des Esseintes, un aristocrate vivant à rebours de la société. Publié en 1884, le roman tangue entre des préceptes naturalistes et un style symbolique. En effet, l’auteur souhaite se détacher des enseignements de son maître Zola, pour cela il instrumentalise la science : elle devient une parure permettant à l’homme de transformer la nature.

            Ce passage suit « la mise en place du jardin botanique » du narrateur. En pleine contemplation de son travail, Des Esseintes médite sur la société et fait une analogie entre la syphilis et la décadence. Cette maladie vénérienne, transformant le corps, se développe et affole l’esprit de la société du XIXe siècle. Elle est considérée comme un fléau social provoquant la dégénérescence de l’humanité. La syphilis symbolise la décadence à cause de sa transmission et de ses symptômes : elle se propage dans le corps, le transformant et le déformant jusqu’à la mort du contaminé. La décadence est donc perçue comme une carie rongeant la société.

Continuer la lecture de Syphilis et décadence dans l’œuvre de Huysmans

A Rebours – Chapitre V : La danse de Salomé

Pablo Picasso, Salomé – La Suite de Saltimbanques, gravure sur papier Arches à la pointe sèche, 40 x 35 cm, Paris, 1905.
https://www.wikiart.org/en/pablo-picasso/salome-1905

La jeune Salomé dansant devant Hérode, nue, sa jambe gauche battant l’air, ses cheveux flottent. Derrière elle, la tête décapitée de Jean-Baptiste repose sur un plateau dans les bras d’une servante assise. Hérode et sa femme sont présents mais indifférents. Picasso donne une dimension plus contemporaine mais très intéressante à cette thématique, mettant Salomé parmi les Saltimbanques. Continuer la lecture de A Rebours – Chapitre V : La danse de Salomé

Les Parfums de Des Esseintes

                 Dans A rebours, roman écrit par Huysmans, et publié en 1884, Des Esseintes est un aristocrate qui s’enferme dans sa maison, à Fontenay-aux-Roses, pour fuir le monde qui l’entoure. Ce lieu sera une échappatoire dans lequel le personnage révélera son rapport au monde et à lui-même. Ce qu’il fera et décidera sera le reflet de ce qu’il pense du monde et de ce qu’il est. C’est comme cela que Huysmans conçoit le rapport entre son personnage, la réalité, et l’art. L’intérêt de Des Esseintes pour les parfums le montre bien. Dans le chapitre X, Des Esseintes, qui est malade, cherche à se soigner avec les parfums pour ne plus sentir les odeurs qui lui donnent la nausée. Il se met alors, tel un scientifique, à mélanger des essences rares qui le font rêver. Cet extrait montre ce qui fait le personnage, ainsi que ce qu’est le travail d’écriture du romancier. Continuer la lecture de Les Parfums de Des Esseintes

Joris-Karl Huysmans, À rebours, chapitre VIII (extrait) : LA COLLECTION DE FLEURS DE DES ESSEINTES


La recherche esthétique de Jean des Esseintes, personnage principal d’À rebours, ne perd pas de vue le végétal. Le raffinement de ses goûts artistiques s’accompagne, en effet, d’une affectation singulière pour la flore. Outre le fait que le héros esthète établit une sorte de hiérarchie en son sein, trouvant les fleurs exotiques bien supérieures aux celles « populacières », il rejette la véritable fleur en vertu de sa représentation artistique. Pour autant, las de sa collection de plantes des Tropiques ainsi conçue, il désire désormais « la combinaison d’une autre flore », c’est-à-dire, « des fleurs naturelles imitant des fleurs fausses ».

Continuer la lecture de Joris-Karl Huysmans, À rebours, chapitre VIII (extrait) : LA COLLECTION DE FLEURS DE DES ESSEINTES

« Agay, 8 avril », Sur l’eau, Guy de Maupassant

« Beau temps, monsieur. »
Je me lève et monte sur le pont. Il est trois heures du matin ; la mer est plate, le ciel infini ressemble à une immense voûte d’ombre ensemencée de graines de feu. Une brise très légère souffle de terre.
Le café est chaud, nous le buvons, et sans perdre une minute pour profiter de ce vent favorable, nous partons.

Continuer la lecture de « Agay, 8 avril », Sur l’eau, Guy de Maupassant

La mer (Jules Michelet, 1861)

Tritons noueux Les cahiers naturalistes de P-T Ducourrau, Imagier de la faune de Biarritz au XIXème Siècle

Un brave marin hollandais, ferme et froid observateur, qui passe sa vie sur la mer, dit franchement que la première impression qu’on en reçoit, c’est la crainte. L’eau, pour tout être terrestre, est l’élément non respirable, l’élément de l’asphyxie. Barrière fatale, éternelle, qui
sépare irrémédiablement les deux mondes. Ne nous étonnons pas si l’énorme masse d’eau qu’on appelle la mer, inconnue et ténébreuse dans sa profonde épaisseur, apparut toujours redoutable à l’imagination humaine. Continuer la lecture de La mer (Jules Michelet, 1861)

“The Rime of the Ancient Mariner” (Samuel Tayor Coleridge)


At length did cross an Albatross,
Thorough the fog it came;
As if it had been a Christian soul,
We hailed it in God’s name.

It ate the food it ne’er had eat,
And round and round it flew.
The ice did split with a thunder-fit;
The helmsman steered us through!

And a good south wind sprung up behind;
The Albatross did follow,
And every day, for food or play,
Came to the mariners’ hollo!

In mist or cloud, on mast or shroud,
It perched for vespers nine;
Whiles all the night, through fog-smoke white,
Glimmered the white Moon-shine.

Illustration du poème par Gustave Doré

“God Save thee, ancient Mariner !
From the fiends, that plague thee thus !-
Why look’st thou so ?”-With my cross-bow
I shot the ALBATROSS;


Continuer la lecture de “The Rime of the Ancient Mariner” (Samuel Tayor Coleridge)

Un nouveau paradigme rhétorique au XVIIe siècle: le sublime

Un nouveau paradigme : Longin, Le Sublime, ou du Merveilleux dans le discours : traduction par Boileau (1674)

 

« Le sublime ne persuade pas, à proprement parler, mais il ravit, il transporte, & produit en nous une certaine admiration mêlée d’estonnement & de surprise, qui est toute autre chose que de plaire seulement, ou de persuader. Nous pouvons dire à l’égard de la persuasion, que pour l’ordinaire elle n’a sur nous qu’autant de puissance que nous voulons. Il n’en est pas ainsi du Sublime ; il donne au Discours une certaine vigueur noble, une force invincible qui enleve l’ame de quiconque nous écoute. » (Préface)

 

« En premier lieu, il est certain qu’un discours où les Figures sont employées toutes seules, est de soi-même suspect d’adresse, d’artifice & de tromperie ; principalement lors qu’on parle devant un Juge souverain, & sur tout si ce Juge est un grand Seigneur, comme un Tyran, un Roi, ou un general d’Armée. Car il conçoit en lui-même une certaine indignation contre l’Orateur, & ne sçauroit souffrir qu’un chetif Rhetoricien entreprenne de le tromper, comme un enfant, par de grossieres finesses. Il est même à craindre quelquefois, que prenant tout cet artifice pour une espece de mépris, il ne s’effarouche entierement : & bien qu’il retienne sa colere, & se laisse un peu amollir aux charmes du discours, il a toûjours une forte repugnance à croire ce qu’on lui dit. C’est pourquoi il n’y a point de Figures plus excellente que celle qui est tout-à-fait cachée, & lors qu’on ne reconnoit point que c’est une Figure. Or il n’y a pas de remede plus merveilleux pour l’empêcher de parôitre, que le Sublime & le Pathetique, parce que l’Art ainsi renfermé au milieu de quelque chose de grand & d’éclatant, a tout ce qui lui manquoit, & n’est plus suspect d’aucune tromperie. »

(Chapitre XV, « Que les figures ont besoin du sublime pour se soutenir »)

 

« Je tiens pour moi qu’une Grandeur au dessus de l’ordinaire, n’a point naturellement la pureté du Mediocre : En effet, dans un discours si poli et si limé, il faut craindre la bassesse : & il en est de même du Sublime que d’une richesse immense, où l’on ne peut pas prendre garde à tout de si près, & où il faut, malgré qu’on en ait, negliger quelque chose. Au contraire il est presque impossible, pour l’ordinaire, qu’un esprit bas & mediocre fasse des fautes. Car, comme il ne se hazarde & ne s’eleve jamais, il demeure toûjours en seureté, au lieu que le Grand de soi-même, & par sa propre grandeur, est glissant & dangereux. »

(chap. XXVII « Si l’on doit préférer le Mediocre parfait au Sublime qui a quelque defaut »)

“le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)

La mer, Debussy, 1905

Il était dans la grande cave. Il avait au-dessus de lui quelque chose comme le dessous d’un crâne démesuré. Ce crâne avait l’air franchement disséqué. Les nervures ruisselantes des stries du rocher imitaient sur la voûte les embranchements des fibres et les sutures dentelées d’une boîte osseuse. Pour plafond, la pierre; pour plancher, l’eau; les lames de la marée, resserées entre les quatre parois de la grotte, semblaient de larges dalles tremblantes. La grotte était fermée de toutes parts. Pas une lucarne, pas un soupirail; aucune brèche à la muraille, aucune fêlure à la voûte. Tout cela était éclairé d’en bas à travers l’eau. C’était on ne sait quel resplendissement ténébreux.

Caspar David Friedrich, squelettes devant une grotte, 1826 (réunion des musées nationaux, Grand Palais)

Continuer la lecture de “le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)