Archives de catégorie : Mer au 19e siècle

« Agay, 8 avril », Sur l’eau, Guy de Maupassant

« Beau temps, monsieur. »
Je me lève et monte sur le pont. Il est trois heures du matin ; la mer est plate, le ciel infini ressemble à une immense voûte d’ombre ensemencée de graines de feu. Une brise très légère souffle de terre.
Le café est chaud, nous le buvons, et sans perdre une minute pour profiter de ce vent favorable, nous partons.

Continuer la lecture de « Agay, 8 avril », Sur l’eau, Guy de Maupassant

“The Rime of the Ancient Mariner” (Samuel Tayor Coleridge)


At length did cross an Albatross,
Thorough the fog it came;
As if it had been a Christian soul,
We hailed it in God’s name.

It ate the food it ne’er had eat,
And round and round it flew.
The ice did split with a thunder-fit;
The helmsman steered us through!

And a good south wind sprung up behind;
The Albatross did follow,
And every day, for food or play,
Came to the mariners’ hollo!

In mist or cloud, on mast or shroud,
It perched for vespers nine;
Whiles all the night, through fog-smoke white,
Glimmered the white Moon-shine.

Illustration du poème par Gustave Doré

“God Save thee, ancient Mariner !
From the fiends, that plague thee thus !-
Why look’st thou so ?”-With my cross-bow
I shot the ALBATROSS;


Continuer la lecture de “The Rime of the Ancient Mariner” (Samuel Tayor Coleridge)

MOBY DICK (HERMAN MELVILLE)

Artist Hokusai, Whaling Off Goto from Oceans of Wisdom.
Year Published c. 1832–1834
Type Wood block prints
Dimensions 19 cm × 25.4 cm (7.5 in × 10.0 in)
CHAPITRE CXXXIII

La chasse. Premier jour

Cette nuit-là, lors du quart de minuit à quatre heures, lorsque le vieillard – comme il le faisait parfois – sortit de l’écoutille où il s’appuyait et regagna son trou de tarière, il leva soudain le visage avec âpreté en humant l’air du large comme un chien de bord perspicace à l’approche d’une île barbare. Il déclara qu’il devait y avoir une baleine non loin. Toute la bordée sentit bientôt cette odeur particulière que le cachalot vivant répand souvent à une grande distance et aucun matelot ne fut surpris lorsque après avoir consulté le compas, puis le penon, et s’être assuré aussi précisément que possible de la direction d’où venait l’odeur, Achab donna rapidement l’ordre de changer légèrement le cap et de diminuer de voiles.

La ligne de conduite avisée, dictant cette manœuvre, se justifia pleinement au lever du jour qui révéla, à l’avant, une longue bande lisse horizontale, onctueuse comme de l’huile, et qui ressemblait, entourée comme elle l’était de risées, au revolin rapide, poli comme un métal, qui se forme à l’embouchure des grands fleuves.

– Aux postes de vigie ! Tout le monde sur le pont !

Sur le pont du gaillard d’avant, Daggoo fit un tel tonnerre avec le bout de trois anspects réunis, il éveilla les dormeurs avec un tel fracas de jugement dernier qu’ils semblèrent rejetés par l’écoutille tant ils apparurent avec promptitude, leurs vêtements à la main.

– Que voyez-vous ? cria Achab le visage renversé vers le ciel.

– Rien, rien, sir ! fut la réponse qui tomba d’en haut.

– Les perroquets !… les bonnettes ! Hautes et basses sur les deux bords !

Toute la toile établie, il largua la sauvegarde destinée à le hisser au mât de grand cacatois. Il était au deux tiers de son ascension lorsque, regardant dans l’espace vide séparant le grand perroquet du grand hunier, il poussa un cri de goéland :

 – La voilà qui souffle ! La voilà qui souffle ! Une bosse comme une colline neigeuse ! C’est Moby Dick !

Utagawa Kuniyoshi (1798 – 1861), “Miyamoto Musashi et la baleine”, vers 1848, Wikipedia.

Utagawa Kuniyoshi, Musashi sur le dos d’une baleine, 19e siècle.

Continuer la lecture de MOBY DICK (HERMAN MELVILLE)

“le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)

La mer, Debussy, 1905

Il était dans la grande cave. Il avait au-dessus de lui quelque chose comme le dessous d’un crâne démesuré. Ce crâne avait l’air franchement disséqué. Les nervures ruisselantes des stries du rocher imitaient sur la voûte les embranchements des fibres et les sutures dentelées d’une boîte osseuse. Pour plafond, la pierre; pour plancher, l’eau; les lames de la marée, resserées entre les quatre parois de la grotte, semblaient de larges dalles tremblantes. La grotte était fermée de toutes parts. Pas une lucarne, pas un soupirail; aucune brèche à la muraille, aucune fêlure à la voûte. Tout cela était éclairé d’en bas à travers l’eau. C’était on ne sait quel resplendissement ténébreux.

Caspar David Friedrich, squelettes devant une grotte, 1826 (réunion des musées nationaux, Grand Palais)

Continuer la lecture de “le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)

L’horreur du maelstrom (Edgar Allan Poe)

Nous étions alors dans la ceinture moutonneuse qui cercle toujours le tourbillon ; et je croyais naturellement qu’en une seconde nous allions plonger dans le gouffre, au fond duquel nous ne pouvions pas voir distinctement, en raison de la prodigieuse vélocité avec laquelle nous y étions entraînés.

Le bateau ne semblait pas plonger dans l’eau, mais la raser, comme une bulle d’air qui voltige sur la surface de la lame. Nous avions le tourbillon à tribord, et à bâbord se dressait le vaste Océan que nous venions de quitter. Il s’élevait comme un mur gigantesque se tordant entre nous et l’horizon.

Continuer la lecture de L’horreur du maelstrom (Edgar Allan Poe)

“Le vaisseau fantôme” (Richard wagner)

Wagner – Le Vaisseau Fantôme, WWV 63 – Acte II, scène première, Orchester der Bayreuther Festspiele · Karl Böhm · Chor der Bayreuther Festspiele (YouTube)

« Avez-vous vu le vaisseau mort,
Mât noir et voile rouge ?
Un homme pâle veille à bord
Sans que jamais il bouge.
Quel sifflement !
Quel cri du vent !
Il doit fuir sur les flots
Et sans fin, sans merci, sans repos ! »

Albert Pinkham Ryder, The Flying Dutchman, 1887 (Wikipedia)

Continuer la lecture de “Le vaisseau fantôme” (Richard wagner)

“Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo)

Création d’Eva Janvier, M2 LSCN

Était-ce du jour qui venait par cette fenêtre sous la mer ? Était-ce de l’eau qui tremblait dans cette cuve obscure ? Ces cintres et ces porches n’étaient-ils point la nuée céleste imitant une caverne ? Quelle pierre avait-on sous les pieds ? Ce support n’allait-il point se désagréger et devenir fumée ? Qu’était-ce que cette joaillerie de coquillages qu’on entrevoyait ? À quelle distance était-on de la vie, de la terre, des hommes ? Qu’était-ce que ce ravissement mêlé à ces ténèbres ? Émotion inouïe, presque sacrée, à laquelle s’ajoutait la douce inquiétude des herbes au fond de l’eau.

Odilon Redon, Les animaux de la mer, 1910, Wikiart.

Continuer la lecture de “Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo)

“Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud)

J’ai vu le soleil bas, taché d’horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques,
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets!

Joseph Mallord William Turner, Le Bateau à aubes dans la tempête, 1841 (Wikipedia Commons)

J’ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs;
La circulation des sèves inouïes,
Et l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs!

Joseph Mallord William Turner, Tempête de neige, 1842 (Wikipedia Commons)

Continuer la lecture de “Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud)

Artistes de la mer

Animaux marins (Imagerie scientifique)

Atkins Anna
Blaschka Leopold et Rudolf
Haeckel Ernst 
Gosse Philip 
Lesueur Charles
Marey Étienne-Jules 
Merculiano Comingio et Giacomo

Paysages et animaux marins (beaux arts)

Böcklin Arnold
Cabanel Alexandre
Friedrich Caspar David
Gallé Émile
Manet Édouard
Monet Claude
Moran Edward
Moreau Gustave
Neuville Alphonse (de)
Redon Odilon
Tissot James
Turner William

La mer au XIXe siècle

Travaux des M2 LSCN dans le cadre du cours
“L’imaginaire de la mer au XIXe siècle”

Artistes de la mer
La mer vue du rivage”(Jules Michelet)
“Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo) Eva Janvier
“Le vaisseau fantôme” (Richard Wagner) Nicolas Despin
“Le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)  Léa Delevacque
“L’horreur du maelstrom” (Edgar Allan Poe) Céline Maillard
“Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud) Élodie Houssard
“The Rime of the Ancient Mariner” (Coleridge) Aurélien Aemmer

 

Utagawa Kuniyoshi (1798 – 1861), “Miyamoto Musashi et la baleine”, vers 1848, Wikipedia.