Archives de catégorie : Travaux étudiants

Mémoires de recherche LSCN (soutenus)

Le personnage de la sorcière dans l’imaginaire littéraire du XIXè s.

La littérature au carré. La création littéraire sur Instagram

L’écriture de la mort (Pascal, Hugo)

La pensée écologique dans L’Homme qui plantait des arbres de Giono et L’Arbre-monde de Powers

La réécriture des contes de fée dans les romans d’Amélie Nothomb et d’Eric Chevillard

Écriture et identité féminine: Folle (Arcan) et La Vie heureuse (Bouraoui)

Dark Souls au prisme de l’absurde camusien

De l’industrie culturelle dans l’Europe occidentale de l’après Seconde Guerre mondiale : les essais d’Adorno, Debord et Pasolini

Enjeux politiques dans Les Travailleurs de la mer de Victor Hugo

Le renouveau de la critique littéraire sur les médias sociaux

Écriture numérique de soi et posture d’auteur dans le journal du site tierslivre.net

« Une balade sensible » sur le campus Descartes

(English text below)

[FR]

Une balade sensible s’attache aux sensations évoquées par l’environnement dans lequel on évolue. En suivant un protocole bien précis, les balades sensibles ont pour but de donner des informations sur la perception de l’environnement et d’aboutir à une réflexion autour des réceptions personnelles de chacun, à mettre en commun ou non. Cette technique est utilisée par les urbanistes pour différentes raisons : comprendre l’expérience des habitants d’un quartier, analyser la qualité de vie, faire la communication entre des habitants et des constructeurs. Cela permet de comprendre les attentes et les sentiments des habitants, et en faire un compte-rendu peut donner une indication d’améliorations à entreprendre pour les constructeurs. C’est pour ces raisons que la balade et sa restitution sont des démarches importantes à la recherche ; la mise en place d’un protocole bien strict permet de mieux cibler les réponses. 

A partir de cette optique, le projet PARVIS a organisé, le 25 mars 2022, une balade sensible à l’université Gustave Eiffel, sur le campus Descartes. L’objectif était de se promener sur une partie du campus en étant sensible à l’environnement qui nous entoure, et que nous connaissons bien, comme c’est notre lieu de travail.

Continuer la lecture de « Une balade sensible » sur le campus Descartes

Informations et modalités de l’événement LSCN+ 2021

Nous sommes ravi·e·s de vous annoncer que le projet LSCN+ dont la journée d’étude s’intitule #culture #femmes #végétal se tiendra ce mercredi 12 mai, de 16h à 20h (heure française), par le biais de la plateforme en ligne Zoom.

Pour rappel, le texte d’orientation de l’événement est à retrouver à l’adresse suivante (Texte d’orientation LSCN+ 2020-2021) ainsi que sur le site dédié au projet : Actualités du Projet LSCN+ sur Hypotheses.org

La journée d’étude a été méticuleusement repensée par notre équipe selon les contraintes de ce contexte particulier, notre décision finale étant de le tenir uniquement sous un format distanciel.
Pour que la journée demeure animée et captivante pour tou·te·s malgré la distance, nous avons choisi de privilégier un format plus court et davantage centré sur l’échange et les débats.

L’événement débutera par de courtes présentations de nos intervenants suivies d’une table ronde articulée autour de trois articles universitaires sélectionnés au préalable par notre équipe : 

  •  Nicole Grépat-Michel, « Andrée Chedid et le motif littéraire du végétal », paru dans Loxias, Loxias 22, mis en ligne le 15 septembre 2008.
    → Lire l’article

  • Émilie-Anne Pépy, « Les femmes et les plantes : accès négocié à la botanique savante et résistance des savoirs vernaculaires (France, XVIIIe siècle) », in Genre et Histoire. La revue de l’Association Mnemosyne, Open Edition Journals, 2018.
    → Lire l’article

  •  Anne-Line Gandon, « L’écoféminisme : une pensée féministe de la nature et de la société. » Recherches féministes, volume 22, numéro 1, 2009.
    → Lire l’article

Les discussions entre les différents intervenants seront animées par des membres du groupe LSCN+, afin d’assurer la bonne fluidité des échanges et la construction de réflexions autour de notre thématique. Nous souhaitons conserver la portée érudite de cette journée tout en la rendant dynamique et adaptée au format distanciel.

Toute personne souhaitant y assister sera la bienvenue sous réserve d’inscription. Les inscriptions se feront prochainement, en réponse à une invitation générique diffusée par le canal de messagerie universitaire.
Les codes de la salle de réunion seront communiqués quelques heures avant l’événement par un membre de notre équipe.

 

Nous sommes heureux·ses de pouvoir mener à bien ce projet malgré la pandémie, et nous espérons que vous serez nombreux·ses à suivre nos intervenants, que nous remercions chaleureusement !


Textes : Léa Lukowski, Amélie Fezzai.
Image : Unsplash (licence libres de droits)

RELANCE DU PROJET LSCN+ POUR L’ANNEE 2020-2021

(English text below)

[FR]

Nous avons le plaisir de vous annoncer la reprise du projet LSCN+ #culture #femmes #végétal,  dont la journée d’étude aura lieu en mai 2021. La date précise est encore à définir. En fonction de l’évolution de la crise sanitaire de la Covid-19 et des mesures qui seront mises en place au printemps prochain, nous considérons le projet sous un regard neuf. La journée de l’événement a été repensée selon trois scénarios envisageables : sa tenue en présentiel, ou éventuellement mixte avec une partie des intervenants en présentiel et l’autre partie en distanciel, ou totalement en distanciel par visioconférence. Notre équipe travaille désormais en fonction de ces trois possibilités. La décision finale vous sera communiquée en temps voulu.

Nous avons également le plaisir d’accueillir les nouveaux et nouvelles étudiant.e.s au sein du Master LSCN qui ont eux aussi pris part au relancement du projet depuis le mois de septembre. Ensemble, nous souhaitons mener à bien cet événement dans les meilleures conditions possibles. Nous espérons que vous serez nombreu.x.ses à venir y assister.

Selon une décision commune, nous avons décidé de conserver l’orientation déterminée l’an passé d’étudier les représentations végétales des femmes à travers les âges dont le texte complet de présentation se trouve ici.

Nous tenons par ailleurs à remercier les invité.e.s qui avaient accepté d’être présent.e.s pour l’événement initialement prévu, et espérons pouvoir les retrouver en ce mois de mai 2021, selon leurs disponibilités.

Liens complémentaires :

Descriptif du projet LSCN+

Texte de présentation de la journée d’études

Article indiquant le report initial de l’événement

 

[EN]

We are pleased to announce the resumption of the LSCN+  #culture #femmes #végétal project, which will be held in May 2021. The precise date is still to be defined. Based on the evolution of the Covid-19 health crisis and the measures that will be implemented next spring, we are taking a fresh look at the project. The day of the event was rethought according to three possible scenarios: its holding in face-to-face, or possibly mixed with some of the speakers in face-to-face and the other part in remote, or totally in remote via videoconference. Our team is now working on these three options. The final decision will be communicated to you in due course.

We are also pleased to welcome new students to the LSCN Master’s program, who have also taken part in the relaunch of the project since September. Together, we want to bring this event to a successful conclusion in the best possible conditions. We hope that many of you will come to attend.

According to a joint decision, we have decided to keep the direction determined last year to study the plant representations of women through the ages whose full text of presentation can be found here.

We would also like to thank the guests who had agreed to be present for the event initially planned, and hope to be able to meet them again in May 2021, depending on their availability.

More links :

Presentation of the project « LSCN+ »

Text of introduction of the event

Original article about the cancellation of the event in last May (2020)


Illustration : Marion C.
Texte (Text) : Léa L., Amélie F., Marion C. et Lucie R.

Annulation de la journée LSCN+ et possibilité de report à l’année 2020-2021

(English text below French version)

[FR]

Suite à l’annonce du Président de la République ce lundi 13 avril, le prolongement des mesures de confinement jusqu’au 11 mai prochain et le maintien de la fermeture des universités jusqu’à la prochaine année scolaire ont été confirmés.
Du fait de la crise sanitaire et de ces paramètres, nous avons le regret d’annuler l’événement organisé dans le cadre du projet LSCN+ “#culture #femmes #végétal” dont la date programmée était celle du 14 mai 2020.

Cependant, depuis le début du confinement et jusqu’à ce jour, des discussions entre les étudiant·e·s chargé·e·s de l’organisation de l’événement et les professeur·e·s ont été menées. Nous avons ainsi échangé sur la possibilité de maintenir la journée d’études.
Néanmoins, considérant la situation complexe, les dernières annonces officielles et les semaines à venir encore incertaines, l’annulation pour l’année en cours s’est imposée à nous. Nous réfléchissons actuellement à un éventuel report de l’événement à l’année prochaine (année 2020-2021). Une estimation de date de ce report sera communiquée ultérieurement le cas échéant.

Nous tenons par ailleurs à remercier les invité·e·s qui avaient accepté d’être présent·e·s pour cette journée du 14 mai, et espérons pouvoir les accueillir l’année prochaine, selon leurs disponibilités.

 

Liens complémentaires :

Descriptif du projet LSCN+

Texte de présentation de la journée d’études


[EN]

Following the announcement of the french president this April 13th, the extension of the containment measures until May 11th, as the closure of the universities until the next start of the academic year in september had been confirmed.

Because of the health crisis and these elements, we regret to cancel the event organized as part of the LSCN+ project “#culture #femmes #végétal” which was scheduled for May 14th, 2020.

 

However, form the beginning of the containment and until now, there have been discussions between the students responsible for the organization of the event and their professors. We first exchanged on the possibility to keep the event at its original date. Nevertheless, considering the complex situation, the last official announcements and the still uncertain weeks to come, a cancelling for the ongoing year prevailed. We are currently thinking about an eventual postponement of the event to next year (2020-2021). A date for this postponement will be communicated later, if applicable.

Otherwise, we would like to thank the guests who had agreed to come to our event this May 14th, and we hope to be able to welcome them next year, if their agenda allows them to come.

 

More links :

Presentation of the project “LSCN+”

Text of introduction of the event



Sources : 

Textes (Texts) – Amélie F., Lola D.

Photos – Unsplash

“The Rime of the Ancient Mariner” (Samuel Tayor Coleridge)


At length did cross an Albatross,
Thorough the fog it came;
As if it had been a Christian soul,
We hailed it in God’s name.

It ate the food it ne’er had eat,
And round and round it flew.
The ice did split with a thunder-fit;
The helmsman steered us through!

And a good south wind sprung up behind;
The Albatross did follow,
And every day, for food or play,
Came to the mariners’ hollo!

In mist or cloud, on mast or shroud,
It perched for vespers nine;
Whiles all the night, through fog-smoke white,
Glimmered the white Moon-shine.

Illustration du poème par Gustave Doré

“God Save thee, ancient Mariner !
From the fiends, that plague thee thus !-
Why look’st thou so ?”-With my cross-bow
I shot the ALBATROSS;


Continuer la lecture de “The Rime of the Ancient Mariner” (Samuel Tayor Coleridge)

MOBY DICK (HERMAN MELVILLE)

Artist Hokusai, Whaling Off Goto from Oceans of Wisdom.
Year Published c. 1832–1834
Type Wood block prints
Dimensions 19 cm × 25.4 cm (7.5 in × 10.0 in)
CHAPITRE CXXXIII

La chasse. Premier jour

Cette nuit-là, lors du quart de minuit à quatre heures, lorsque le vieillard – comme il le faisait parfois – sortit de l’écoutille où il s’appuyait et regagna son trou de tarière, il leva soudain le visage avec âpreté en humant l’air du large comme un chien de bord perspicace à l’approche d’une île barbare. Il déclara qu’il devait y avoir une baleine non loin. Toute la bordée sentit bientôt cette odeur particulière que le cachalot vivant répand souvent à une grande distance et aucun matelot ne fut surpris lorsque après avoir consulté le compas, puis le penon, et s’être assuré aussi précisément que possible de la direction d’où venait l’odeur, Achab donna rapidement l’ordre de changer légèrement le cap et de diminuer de voiles.

La ligne de conduite avisée, dictant cette manœuvre, se justifia pleinement au lever du jour qui révéla, à l’avant, une longue bande lisse horizontale, onctueuse comme de l’huile, et qui ressemblait, entourée comme elle l’était de risées, au revolin rapide, poli comme un métal, qui se forme à l’embouchure des grands fleuves.

– Aux postes de vigie ! Tout le monde sur le pont !

Sur le pont du gaillard d’avant, Daggoo fit un tel tonnerre avec le bout de trois anspects réunis, il éveilla les dormeurs avec un tel fracas de jugement dernier qu’ils semblèrent rejetés par l’écoutille tant ils apparurent avec promptitude, leurs vêtements à la main.

– Que voyez-vous ? cria Achab le visage renversé vers le ciel.

– Rien, rien, sir ! fut la réponse qui tomba d’en haut.

– Les perroquets !… les bonnettes ! Hautes et basses sur les deux bords !

Toute la toile établie, il largua la sauvegarde destinée à le hisser au mât de grand cacatois. Il était au deux tiers de son ascension lorsque, regardant dans l’espace vide séparant le grand perroquet du grand hunier, il poussa un cri de goéland :

 – La voilà qui souffle ! La voilà qui souffle ! Une bosse comme une colline neigeuse ! C’est Moby Dick !

Utagawa Kuniyoshi (1798 – 1861), “Miyamoto Musashi et la baleine”, vers 1848, Wikipedia.

Utagawa Kuniyoshi, Musashi sur le dos d’une baleine, 19e siècle.

Continuer la lecture de MOBY DICK (HERMAN MELVILLE)

“le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)

La mer, Debussy, 1905

Il était dans la grande cave. Il avait au-dessus de lui quelque chose comme le dessous d’un crâne démesuré. Ce crâne avait l’air franchement disséqué. Les nervures ruisselantes des stries du rocher imitaient sur la voûte les embranchements des fibres et les sutures dentelées d’une boîte osseuse. Pour plafond, la pierre; pour plancher, l’eau; les lames de la marée, resserées entre les quatre parois de la grotte, semblaient de larges dalles tremblantes. La grotte était fermée de toutes parts. Pas une lucarne, pas un soupirail; aucune brèche à la muraille, aucune fêlure à la voûte. Tout cela était éclairé d’en bas à travers l’eau. C’était on ne sait quel resplendissement ténébreux.

Caspar David Friedrich, squelettes devant une grotte, 1826 (réunion des musées nationaux, Grand Palais)

Continuer la lecture de “le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)

L’horreur du maelstrom (Edgar Allan Poe)

Nous étions alors dans la ceinture moutonneuse qui cercle toujours le tourbillon ; et je croyais naturellement qu’en une seconde nous allions plonger dans le gouffre, au fond duquel nous ne pouvions pas voir distinctement, en raison de la prodigieuse vélocité avec laquelle nous y étions entraînés.

Le bateau ne semblait pas plonger dans l’eau, mais la raser, comme une bulle d’air qui voltige sur la surface de la lame. Nous avions le tourbillon à tribord, et à bâbord se dressait le vaste Océan que nous venions de quitter. Il s’élevait comme un mur gigantesque se tordant entre nous et l’horizon.

Continuer la lecture de L’horreur du maelstrom (Edgar Allan Poe)

“Le vaisseau fantôme” (Richard wagner)

Wagner – Le Vaisseau Fantôme, WWV 63 – Acte II, scène première, Orchester der Bayreuther Festspiele · Karl Böhm · Chor der Bayreuther Festspiele (YouTube)

« Avez-vous vu le vaisseau mort,
Mât noir et voile rouge ?
Un homme pâle veille à bord
Sans que jamais il bouge.
Quel sifflement !
Quel cri du vent !
Il doit fuir sur les flots
Et sans fin, sans merci, sans repos ! »

Albert Pinkham Ryder, The Flying Dutchman, 1887 (Wikipedia)

Continuer la lecture de “Le vaisseau fantôme” (Richard wagner)

“Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo)

Création d’Eva Janvier, M2 LSCN

Était-ce du jour qui venait par cette fenêtre sous la mer ? Était-ce de l’eau qui tremblait dans cette cuve obscure ? Ces cintres et ces porches n’étaient-ils point la nuée céleste imitant une caverne ? Quelle pierre avait-on sous les pieds ? Ce support n’allait-il point se désagréger et devenir fumée ? Qu’était-ce que cette joaillerie de coquillages qu’on entrevoyait ? À quelle distance était-on de la vie, de la terre, des hommes ? Qu’était-ce que ce ravissement mêlé à ces ténèbres ? Émotion inouïe, presque sacrée, à laquelle s’ajoutait la douce inquiétude des herbes au fond de l’eau.

Odilon Redon, Les animaux de la mer, 1910, Wikiart.

Continuer la lecture de “Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo)

“Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud)

J’ai vu le soleil bas, taché d’horreurs mystiques,
Illuminant de longs figements violets,
Pareils à des acteurs de drames très antiques,
Les flots roulant au loin leurs frissons de volets!

Joseph Mallord William Turner, Le Bateau à aubes dans la tempête, 1841 (Wikipedia Commons)

J’ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies,
Baiser montant aux yeux des mers avec lenteurs;
La circulation des sèves inouïes,
Et l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs!

Joseph Mallord William Turner, Tempête de neige, 1842 (Wikipedia Commons)

Continuer la lecture de “Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud)

Artistes de la mer

Animaux marins (Imagerie scientifique)

Atkins Anna
Blaschka Leopold et Rudolf
Haeckel Ernst 
Gosse Philip 
Lesueur Charles
Marey Étienne-Jules 
Merculiano Comingio et Giacomo

Paysages et animaux marins (beaux arts)

Böcklin Arnold
Cabanel Alexandre
Friedrich Caspar David
Gallé Émile
Manet Édouard
Monet Claude
Moran Edward
Moreau Gustave
Neuville Alphonse (de)
Redon Odilon
Tissot James
Turner William

Texte d’orientation – Événement LSCN+

Représentations végétales des femmes à travers les âges
(English text below French version)

Le rapport aux femmes se caractérise souvent en littérature, en arts et à travers les sociétés par des représentations végétales et un lien à la nature.

Mère Nature, Gaïa, la rose de Ronsard, le lys de Balzac, muse du peintre Mucha, mais aussi sorcière et guérisseuse, la figure de la femme se transforme au contact de la nature. Elle inspire l’imaginaire. Qu’il s’agisse de la mère, de la déesse ou d’une figure imaginaire, les femmes sont souvent rêvées et représentées autour du végétal. Fleurs, cyprès ou encore laurier, le végétal se lie notamment à la fécondité et à la sensualité dans la mythologie antique.

Avec l’arrivée du numérique et l’apparition des réseaux sociaux, les représentations végétalisées de la femme se modernisent. Les mots dièses (#), devenus les incontournables hashtags, nouveaux moyens de diffusion, apportent une visibilité supplémentaire aux représentations féminines et végétales.

Par ailleurs, la relation qui unit les femmes à la nature est complexe et ambivalente. Elle revêt différentes formes et prend différentes significations. Écoféminisme, métamorphoses, représentations du corps féminin, mythologie ou sorcières sont les points culminants de notre réflexion.

Les femmes sont donc l’objet de nombreuses métamorphoses végétales. Ce lien, devenu un motif récurrent au fil du temps, vise à mettre en lumière la beauté, la douceur, la sensibilité voire la passivité de ces êtres représentés comme des hybrides, et ce souvent, par la nudité. La femme se mêle au végétal à la manière, parfois, d’un décor enivrant et inspirant. De la même manière, l’association du végétal et de la femme est une tradition que l’on assimile d’ores et déjà au jardin d’Eden, par exemple, dans le tableau Adam et Ève de Pierre Paul Rubens. À partir de la Renaissance, d’autres représentations allégoriques, dans lesquelles figurent muses et déesses féminines, continuent d’alimenter cette relation femme-végétal.

Les fées et sorcières sont également représentées dans les arts. Figures de pouvoir, craintes et admirées, elles sont appréciées pour leurs connaissances des éléments naturels. Ces femmes mystérieuses existent dans un univers occulte et magique. Plusieurs auteurs et artistes remettent cette figure au goût du jour dans diverses interprétations et associations avec la femme actuelle. Un autre mouvement apparaît et reprend ce thème d’une corrélation entre la femme et la nature. Le mouvement écoféministe associe ces thèmes en créant un lien entre l’oppression des femmes et la destruction de la nature.

Organisé par les étudiants du master Littérature, Savoirs et Culture numérique de l’Université Gustave Eiffel, le projet LSCN+ vous invite à interroger la relation entre les femmes et le végétal qui se construit selon plusieurs représentations à travers les âges. Bien que le féminisme ait déjà été objet de nombreuses études, débats et travaux de toutes sortes, les rapports femme/végétal soulèvent encore de nombreuses questions. Comment la littérature fait-elle perdurer la représentation des femmes au sein d’images végétales ? Quelles significations en découlent ? Comment la féminité végétale peut-elle être opposée à une image de la bestialité masculine ? De quelle manière la figure de la sorcière est-elle réactualisée ? En quoi les thématiques écologiques actuelles revalorisent-elles cette idée de nature ? Comment le numérique influe-t-il sur la diffusion du rapport entre féminité et végétal ?


Bibliographie :

– CHOLLET Mona, « Sorcières» , La puissance invaincue des femmes, Paris, La Découverte, « Zones », 2018.

– HACHE Emilie, NOTERIS Emilie (trad.), Reclaim, Paris, Les Éditions Cambourakis, 2016.

– KOPP Robert, « La Littérature française est-elle misogyne ? », Revue des Deux Mondes, Avril 2018, pp. 50-58.

– MERCHANT Carolyn, Death of nature, San Francisco, Harper Collins Editions, 1980.

– MICHELET Jules, La Sorcière, Paris, Hachette, « Folio classique », [1862] 2016

– MOISE Myriam, « Biodiversité et corporéité dans la poétique diasporique caribéenne : vers une esthétique écoféministe. », La revue électronique en sciences de l’environnement, vol. 17 n°3, [mise en ligne en 2017], URL : 
https://doi.org/10.4000/vertigo.18919



Image d’en-tête réalisée par Marion C.

Sources des images : (de gauche à droite, première ligne puis seconde ligne)

– Alfonso Mucha, Été, 1896
Gaïa retient Poséidon qui attaque son fils Polybotès, Antikenmuseen, Berlin, Antiquité
– Lawrence Thomas , Lady Manners (détail), 1794
– Vollard, Impression d’Art Picasso lithographie, 1956
– Théophile Gautier, La Rose-Thé – La chimère écarlate
– Vaudoise, Martin le Franc dans “Le champion des dames”, 1451, BnF Paris, (C.F)
– Alfonso Mucha, Printemps, 1896
– René-Antoine Houasse, Apollo et Daphne (detail), 1677

 


 

In literature, visual arts and society in general, references to women are often built around plant life and nature. These figures are recurrent in examples such as Mother Nature, Gaia, Ronsard’s rose, Balzac’s lily, Mucha’s muse, but the literary woman also appears as a witch and a healer, who shifts at the touch of nature. Women are very often pictured as mothers, goddesses or other imaginary figures, they representation relies on plants. Whether it be cypress or laurel, they are intimately bound to fertility and sensuality in ancient myths.

With the arrival of social networks and the digital field, feminine representations through plants are carried on a wave of modernization as well. This allows quicker and easier spreading, through omnipresent ‘‘ hashtags ’’ for example. Furthermore, the relation that ties women and plants is both complex and ambivalent. It may have many shapes and diverse interpretations; Eco-feminism, metamorphosis, representation of the female body, mythology and witches are the peak of our reflexion. This tie that binds our two subjects has become a recurrent theme through time; the aim remains the same : to show the beauty that lies within the feminine figure, the softness, sensitivity or even passiveness. The specificity of these imaginary beings is often reflected through nudity. This goes far back, as far as the Garden of Eden, in Pierre Paul Rubens’ paining of Adam and Eve for example, or in other allegorical works in which goddesses and muses are featured. This keeps the plant-woman myth going. Fairies and witches are also present in art works. These powerful creatures, feared yet admired, are characterized by their knowledge of natural elements and belong to a magic universe. Numerous authors and artists bring this theme back today through different interpretations and associations to the modern woman. The new Eco-feminist movement also relies on this recurrent notion by bringing together the destruction of Nature and the oppression of women.

Organized by the Literature, Culture and Digital Master students (University Gustave Eiffel), this project invites you to take a closer look on the relation that binds women and plants throughout a thorough diachronic study. Even though feminism is already the object of numerous studies, debates and other literary works, the tie between women and plants raises lots of questions as of today. How has literature stuck to the representation of women through images of plants? What interpretations have been drawn from this? To what extent can this representation of women be opposed to masculine bestiality? How is the witch figure brought back today? To what extent can we say that today’s ecological recurrent themes are bringing forward this concept of nature? How does the digital field promote the or affect the spread of the plant-woman perspective ?

La mer au XIXe siècle

Travaux des M2 LSCN dans le cadre du cours
“L’imaginaire de la mer au XIXe siècle”

Artistes de la mer
La mer vue du rivage”(Jules Michelet)
“Ce qu’on y voit et ce qu’on y entrevoit”(Hugo) Eva Janvier
“Le vaisseau fantôme” (Richard Wagner) Nicolas Despin
“Le dedans d’un édifice sous la mer” (Victor Hugo)  Léa Delevacque
“L’horreur du maelstrom” (Edgar Allan Poe) Céline Maillard
“Le bateau ivre” (Arthur Rimbaud) Élodie Houssard
“The Rime of the Ancient Mariner” (Coleridge) Aurélien Aemmer

 

Utagawa Kuniyoshi (1798 – 1861), “Miyamoto Musashi et la baleine”, vers 1848, Wikipedia.