Littérature et savoirs

Le master LSCN s’adosse principalement à l’équipe Formes, Théories, Discours (FTD) du LISAA. Les chercheuses et chercheurs ont des sujets très variés (de la Renaissance au XXIè s., de Rabelais à l’OULIPO, de Flaubert à la science-fiction). Leur point commun: analyser le rapport entre la littérature et les savoirs (à partir des manuscrits ou des œuvres) afin de définir des poétiques de réécriture (propres à un auteur, à un genre, à une époque…), d’identifier les agents de transfert réciproque de l’une aux autres (mots polysémiques, formes littéraires, figures de style, constructions narratives). Nous nous interrogeons sur les stratégies littéraires qui président à l’utilisation des savoirs, stratégies souvent indissociables de visions du monde, de positions idéologiques et de conceptions esthétiques. Nous sommes attentifs tantôt à la convergence des textes par rapport à des savoirs d’époque, tantôt inversement à l’usage de savoirs archaïques, et surtout aux cas de belligérance des modèles épistémiques, de condensation de savoirs appartenant à des domaines différents ou à des strates épistémologiques distinctes.

Par exemple, l’équipe a réfléchi aux savoirs du vivant: le mot « biologie » inventé au début du XIXe siècle, marque la formation d’un nouvel objet d’étude. La littérature française s’empare très vite des savoirs biologiques, les utilise de manière plus ou moins fiable, les commente, les prolonge et y trouve des thèmes et des formes, participant ainsi à leur promotion en un fait culturel global. L’invention du terme signale l’émergence d’une nouvelle conscience disciplinaire (par rapport à l’ancienne « histoire naturelle »).

Autre exemple: la visibilité et l’invisibilité des savoirs des femmes. La question de la visibilité des identités permet de développer une réflexion épistémologique transdisciplinaire de la littérature à l’informatique en passant par les arts : le visible joue-t-il comme un médium de connaissance ou un écran ? Par ailleurs, la mise en évidence de créations et de savoirs féminins méconnus porte de forts enjeux pour la construction des savoirs qui sont soumis à des facteurs historiques et sociaux. Ainsi la pluridisciplinarité lettres, arts, informatique est-elle fondamentale pour explorer le champ des savoirs dans leurs relations aux institutions passées et présentes et dans les modalités de la construction collaborative inclusive contemporaine.

Un exemple encore: le programme “Paroles de villes” (PARVIS), enquête sur les facettes des imaginaires futuristes urbains, notamment en matière de changement climatique. L’étude littéraire et artistique de la cli-fi servira de socle à une réflexion pluridisciplinaire : lettres et cultures médiatiques, urbanistes, architectes, associations écologistes viendront interroger le rapport de la fiction à la réalité de la ville.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search